Grève à la SONAHYDROC : Le ministre du Travail s’implique

0

Le mouvement d’insurrection déclenché par une poignée de travailleurs de la Sonahydroc n’a pas récolté l’effet escompté. Vendredi 9 août, un groupe de travailleurs a manifesté devant le Palais de la nation pour réclamer leurs arriérés de salaire de huit mois et autres avantages sociaux dont ils ne bénéficieraient plus ».

Se sentant délaissés, ces derniers ont décidé d’aller demander une audience auprès du Président de la République, pour lui faire part de leurs doléances. D’après eux, la solution est que l’Etat congolais débloque une subvention de $ 20 millions qui permettra à la société de reprendre ses activités et les agents d’être régulièrement payés.

« Perturber la direction actuelle »

Contactée par Media Congo Press (MCP), une source au sein de la Société nationale des hydrocarbures du Congo (Sonahydroc) résume cette manifestation comme une manœuvre pour tenter de déranger l’équipe dirigeante en place. Dans ce mouvement de « changement politique » que connait le pays « quelques individus bien connus » veulent simplement profiter de la situation pour « perturber la direction actuelle de la Sonahydroc » et de qualifier les revendications exprimées par ce groupe de travailleurs d’injustifiées.

« Depuis hier, partout où ils ont été pour réclamer leurs 8 mois d’arriérés personne n’a voulu les recevoir connaissant la vérité et la réalité de l’entreprise », a fait savoir cette source.

Et de poursuivre : « Si les salaires n’étaient pas payés, à combien des mois d’arriérés serions-nous aujourd’hui 25 mois après l’entrée de la nouvelle équipe alors que le personnel a été trouvé avec 8 à 9 mois d’arriérés en juillet 2017 ? »

Entrée en fonction en juillet 2017, la direction de la Sonahydroc affirme avoir trouvé une société « totalement à l’arrêt » et que grâce aux efforts consentis, les ventes des produits pétroliers ont augmenté bien qu’il s’agit des produits de collaboration.

Selon la nouvelle équipe dirigeante, les salaires « ont été d’une manière relativement plus régulière payés » en dépit de quelques mois d’arriérés liés au chiffre d’affaires de la société qui est « faible », car il résulte des ventes des produits de collaboration avec partage des marges. « Ce qui explique la persistance des arriérés des salaires pour tout le monde, mandataires y compris ! », explique la direction.

A ce jour, la trésorerie telle que présentée dans les derniers états financiers approuvés par la dernière assemblée générale est passée d’une trésorerie négative de moins 15 millions de dollars américains à moins de 4 millions USD, affirme la direction.

Ce matin, le ministre du Travail par intérim s’est rendu en personne au siège de la société où il a tenu une réunion de réconciliation. Entouré de toutes les parties, il a affirmé qu’il allait s’impliquer pour l’apaisement de la situation.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire