Gouvernement Tshibala : tirs croisés entre la Majorité et l’aile radicale du Rassemblement

0

Entre ces deux forces politiques, le clivage est manifeste quant à la perception qu’elles se font de la nouvelle équipe gouvernementale.

 

Les réactions ne cessent de tomber depuis la publication du gouvernement Tshibala. Elles vont dans tous les sens selon qu’on est de la majorité ou de l‘opposition, précisément du Rassemblement/aile Limete. Après que quelques cadres de ces deux familles politiques se sont exprimés à travers les médias, c’est au tour de leurs hiérarchies respectives de donner officiellement la position des deux plates-formes. Si pour l‘une, le nouveau gouvernement n’est qu’un rafistolage pour contourner l’accord du 31 décembre et retarder la tenue des élections prévues en décembre, pour l’autre, c’était jusque-là la pièce manquante pour accélérer le processus électoral en cours.

En tout cas, la controverse née autour de la publication de ce gouvernement a donné lieu à un « pugilat » à ciel ouvert entre la majorité et l’opposition radicale via leurs partis-phare, en l‘occurrence le PPRD et l’UDPS. L’escalade verbale avait atteint son comble lorsque le secrétaire général de l’UDPS est monté au créneau pour tourner en dérision le cabinet Tshibala. Pour Jean-Marc Kabund, cette équipe gouvernementale ne bénéficie d’aucun crédit pour autant qu’elle ne respecte pas l’accord signé le 31 décembre entre les signataires et les non-signataires de l’accord du 18 octobre. Il estime qu’il s’agit d’un non-événement, une vaste blague, ou mieux, un recul dans la mesure où le gouvernement actuel ne bénéficie d’aucun soutien populaire.

Tout en qualifiant de blanc bonnet et bonnet blanc les gouvernements sortant et entrant, Jean Marc Kabund soutient que l’arrangement ayant conduit à la nomination de Bruno Tshibala est une astuce utilisée par la coalition au pouvoir pour éviter l’avènement d’un véritable opposant crédible à la Primature. « C’est parce qu’ils savent que ce chef de gouvernement pèsera pour amener le pays aux élections crédibles », a-t-il tranché.   

Réagissant à ces propos frisant la provocation, la majorité présidentielle a aussi donné de la voix par l’entremise de son porte-parole, Alain André Atundu. Ce dernier a tenu à recadrer le responsable de l’UDPS, qualifiant ses propos de déphasés par rapport à la réalité politique. Ceux qui font ces genres de déclarations, a-t-il dit, « attendront longtemps des postes pour eux-mêmes ». Pour ce cadre de la majorité, l’avènement du gouvernement Tshibala, fruit d’un long processus de négociations, est un motif de satisfaction et  d’espoir. « C’est un motif de satisfaction et d’espoir. Parce que nous sommes convaincus que ce gouvernement va rencontrer l’aspiration du peuple d’aller aux élections et à la paix ainsi qu’à l’émergence économique », s’est-il réjoui. Pour lui, il ne fait l’ombre d’aucun doute que « la route est maintenant ouverte pour se consacrer au bien-être du peuple et à l’organisation des élections ».  

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire