Gouvernance: Samy Badibanga entend relever le budget annuel à cent milliards de dollars

0

L’ex-Premier ministre et candidat à la présidentielle a toutefois nuancé que le fonds qu’il propose ne pourra être obtenu qu’après l’application des réformes publiques qu’il entend mettre en œuvre une fois élu.

Pour se conformer à ce qui est devenu presque une tradition, Samy Badibanga, président du regroupement politique Les Progressites, aujourd’hui candidat à la présidentielle de décembre, a présenté le 22 août, à  Kinshasa, le programme de gouvernement qu’il entend mettre en œuvre s’il est élu président de la République. « Le changement pour tous: le nouveau contrat social », tel est l’intitulé de ce programme qui se chiffre entre quatre-vingts et cent milliards de dollars américains si  les réformes fiscales qu’il préconise arrivaient à maturité.

Un programme qui s’appuie sur les principaux leviers suivants : la sécurité des personnes et des biens ainsi que la transparence absolue des affaires publiques; les emplois et les entreprises pour la jeunesse, parce qu’elle est le quotidien et l’avenir de la nation et, enfin, l’aide financière aux familles via l’alimentation, la santé et l’éducation de tous. Il prévoit de créer dix à quinze millions d’emplois et  affecter un milliard de dollars américains des fonds communautaires jeunesse et entreprise. Son programme s’inscrit dans une perspective de quatre cents à cinq cents milliards de dollars américains de produit national brut.

Dans le même ordre d’idées, l’ex-Premier ministre a préconisé un salaire minimum de deux cent cinquante dollars pour tous les agents de l’État en cinq ans. C’est, dit-il, « une mesure de lutte contre la corruption et les tracasseries policières et fiscales qui gangrènent notre économie et le quotidien des Congolais ».

Samy Badibanga espère que cette approche va contribuer à lutter contre la corruption et le détournement des deniers publics.

Légendes et crédits photo : 

Samy Badibanga en conférence de presse

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire