Gouvernance publique : la majorité présidentielle soutient la traque des pilleurs des fonds publics

0

La famille politique proche du chef de l’Etat a émis, le 4 avril à Brazzaville, le vœu de voir tous les délinquants économiques, empêtrés dans le vol des deniers publics et autres antivaleurs, être traduits en justice afin qu’ils répondent de leurs actes.

Les partis et associations membres de la majorité présidentielle ont effectué leur rentrée politique au Palais des congrès de Brazzaville, sous la direction de leur président par intérim, Pierre Ngolo. L’occasion a été tout indiquée pour cette plate-forme de plancher aussi bien sur des questions internes que sur celles relevant de la vie de la nation. C’est ainsi qu’abordant la situation de crise qui a prévalu dans le département du Pool, les partis et associations de la majorité présidentielle ont salué l’accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités signé, le 23 décembre dernier à Kinkala, entre le gouvernement et les représentants de Frédéric Bintsamou, dit pasteur Ntoumi. Aussi se sont-ils félicités, dans le communiqué final de leurs travaux, du retour progressif de la paix ainsi que de la libre circulation des personnes et des biens dans ce département, demandant, par ailleurs, à tous les citoyens d’œuvrer pour que cette paix soit durable et définitive.

Outre la question du Pool, la majorité présidentielle s’est également préoccupée du marasme économique que connaît actuellement le Congo, depuis la chute des coûts du baril de pétrole sur le marché mondial. Pour la famille politique du président de la République, cette situation ne doit pas être vécue comme une fatalité mais doit plutôt pousser l’ensemble de la population à l’effort afin que le pays retrouve sa stabilité économique. C’est ainsi qu’au moment où le gouvernement est en négociations avec le Fonds monétaire international pour la conclusion d’un accord devant permettre au Congo de retrouver ses équilibres macroéconomiques, la majorité présidentielle a salué cette initiative, affirmant la soutenir indéfectiblement. 

La lutte contre les antivaleurs, annoncée par le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, dans son message du 30 décembre dernier sur l’état de la nation devant le parlement réuni en congrès, a figuré également à l’ordre du jour de la rentrée politique de la majorité présidentielle. Cette plate-forme a soutenu que le combat engagé contre les antivaleurs et autres comportements déviants doit se traduire dans les faits, conformément aux orientations données par le chef de l’Etat. En effet, la majorité présidentielle a exprimé son voeu de voir tous les citoyens qui se sont servis dans la caisse de l’Etat être traduits devant la justice, quel que soit leur rang au sein de la société congolaise, en application du mot d’ordre de « rupture » avec les antivaleurs lancé par le président de la République. « Les partis et associations de la majorité présidentielle rappellent qu’il appartient aux institutions habilitées de réprimer la corruption, la concussion, la fraude, le trafic d’influence, le vol, le laxisme et tout autre comportement blâmable de prendre leurs responsabilités. Ils demandent que soit traduit devant les juridictions compétentes, toute personne, sans distinction aucune, quel que soit son rang ou sa sensibilité politique, ayant commis les faits répréhensibles dans l’exercice de ses responsabilités », martèle le communiqué final des travaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

Légendes et crédits photo : 

Quelques responsables des partis et associations de la majorité présidentielle, le 4 avril, pendant les travaux/Photo Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire