Gouvernance : la société civile adhère au nouveau Plan national de développement

0

Les représentants de la société civile et du secteur privé se sont félicités de l’introduction, dans le document, du mécanisme de suivi et évaluation des progrès réalisés et du contrôle parlementaire.

Après une semaine de travaux en commissions par les délégués des ministères sectoriels, les parlementaires, les directeurs d’études et de la planification, les organisations de la société civile, le secteur privé, les universitaires, les partenaires techniques et financiers ont adopté à l’unanimité, le 27 juin à Brazzaville, tous les outils composant le nouveau Programme national de développement (PND) 2018-2022.

Le document d’aide à la décision a fixé deux axes stratégiques prioritaires pour les cinq années à venir, à savoir la réforme du système éducatif et le processus de diversification de l’économie nationale. La prochaine étape consiste à transmettre le texte au parlement en vue de le hisser en loi. Il reste à vérifier si les choses vont évoluer dans le bon sens.

 Participant aux travaux en qualité de membre de la société civile, Me Paul Thiervey Kengouya a salué la dynamique qui a prévalu pendant ces assises et la prise en compte des besoins de la population. Le président des opérateurs économiques du Congo, El Hadj Djibril Abdoulaye Bopaka, a, quant à lui, insisté sur les avancées du nouveau PND par rapport au précédent.

« L’examen et l’adoption de ce PND a mobilisé l’ensemble des forces vives de la nation ; en plus, il n’est plus considéré comme outil d’un ministère mais plutôt un document de politique du gouvernement. Nous pensons que celui-ci (PND) pourra contribuer à diversifier notre économie et nous aider à sortir de cette crise économique », a renchéri l’opérateur économique congolais.

Le second volet clé de ce nouveau dispositif de développement concerne la diversification de l’économie censée s’appuyer sur les secteurs porteurs de la croissance, à savoir l’agriculture et l’agroforesterie. Cela permettrait de renforcer la sécurité alimentaire et l’inclusion des femmes dans les activités de développement, le tourisme, l’industrie, etc.

La ministre du Plan, de la statistique et de l’intégration régionale, Ingrid Ebouka-Babackas, qui a présidé la cérémonie de clôture, n’a pu retenir ses sentiments. « Merci aux représentants de la société civile et du secteur privé ayant apporté une analyse contradictoire mais dynamique aux débats pour que nous ne nous écartions pas de l’essentiel : une action gouvernementale au service du peuple », a-t-elle déclaré.

À noter que ce PND englobe les cibles prioritaires du Congo en matière des Objectifs de développement durable, à savoir l’éradication de la pauvreté, la réduction des inégalités, la diversification économique ainsi que l’engagement de l’Etat à produire les données et informations statistiques fiables, nécessaires pour l’atteinte des résultats des politiques mises en œuvre.

Légendes et crédits photo : 

– La ministre Ingrid Ebouka-Babackas félicitant les participants
– Une vue des participants

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire