Gouvernance forestière : un système informatique de vérification de la légalité va être bientôt déployé

0

Pour le suivi efficient de la traçabilité des produits forestiers issus des écosystèmes de la République du Congo ou en transit, un outil adapté sera installé sur l’ensemble du territoire national, notamment au niveau des directions départementales ainsi que des sociétés forestières d’ici au mois d’octobre.

Le déploiement du système informatique a été annoncé lors du 8e comité conjoint de mise en œuvre de l’accord de partenariat volontaire entre la République du Congo et l’Union européenne, tenu le 8 juin à Brazzaville. « Ce système permettra de démontrer que l’exploitation du bois congolais se fait d’une façon légale. Nous disposerons désormais de toutes les informations liées à l’exploitation forestière dans notre pays », a indiqué la ministre de l’Economie forestière, Rosalie Matondo.

L’ambassadeur de l’Union européenne au Congo, Saskia De Lang, a, outre le ministère de l’Economie forestière, invité également le secteur privé à alimenter ce système informatique de données, afin d’avoir une vue d’ensemble du secteur forestier, notamment le nombre de concessions forestières dont dispose le pays.

« En Union européenne, on ne veut plus importer que du bois légal. En Afrique, le Congo est l’un des meilleurs partenaires avec lequel nous travaillons pour la mise en œuvre de ce système. Nous attachons beaucoup d’importance à ce partenariat qui se fait dans un rythme très soutenu », a-t-elle déclaré.

Notons que jusqu’à ce jour, la contribution du secteur forestier au produit intérieur brut national se situe à 5, 6%. On y dénombre, selon quelques indicateurs macroéconomiques, onze mille emplois directs et environ cinq mille emplois indirects. Il revient au gouvernement congolais de mettre à profit toutes les opportunités qui s’offrent à lui dans le cadre de ce partenariat, pour booster ce secteur dans la perspective d’une contribution plus accrue au développement socioéconomique du pays. Dans cette optique, le financement pérenne du système de vérification de la légalité constitue une priorité. Or, cette question figure encore parmi les défis majeurs.

Pour faciliter la mise en œuvre de l’Apv-Flegt depuis son adhésion à ce processus en 2010, le Congo a déjà finalisé le processus de révision des textes législatifs et réglementaires dans le cadre des réformes du régime forestier ; élaboré des procédures de contrôle et de vérification de la légalité ; produit le manuel pour l’obtention des documents vérification de la grille de légalité au profit des sociétés forestières; développé l’hebergement du système informatique de légalité dans le Data center du ministère de l’Economie forestière, etc.

Légendes et crédits photo : 

Vue des participants au 8e comité conjoint de mise en oeuvre de l’Apv-Flegt

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire