Gouvernance forestière : la Société civile milite en faveur d’une réforme globalisante

0

Le jeudi 19 juillet à la salle de conférences de la paroisse Sacré cœur dans la commune de Gombe à Kinshasa, les acteurs de la Société civile du secteur de l’environnement ont procédé, à la validation de leur plan de plaidoyer. Objectif : amener toutes les parties prenantes à élaborer une feuille de route pour une réforme globalisante du secteur forestier.

La validation de ce plan s’inscrit dans la logique des activités initiées depuis la tenue de la table ronde multi-acteurs tenue il y a quelques mois à Kinshasa. Pour ce faire, une commission ad hoc sera constituée afin de faire une mise en commun de certaines dispositions du plaidoyer avant sa vulgarisation.

La cérémonie officielle de validation du plan de plaidoyer en vue d’une réforme globalisante de la gouvernance forestière a été portée par le  CFLEDD et le GTCRR, avec l’appui financier de WRI ainsi que d’autres partenaires motivés par le les récentes évolutions du secteur de la gouvernance forestière et qui en appellent à une révision globale.

 « Convaincue de l’inefficacité d’actions isolées pour résoudre les problèmes qui se posent dans la gouvernance forestière, tenant compte de l’existence depuis plus de 15 ans d’un moratoire sur l’attribution de nouvelles concessions forestières, ainsi que des évolutions de processus directement en lien avec la gouvernance forestière, notamment le processus REDD+, la société civile a opté pour une approche globalisante du cadre général de gouvernance forestière, de manière à trouver des solutions durables aux différents problèmes rencontres à ce jour », indique le communiqué sanctionnant la fin de ces travaux.

Pour les acteurs de la société civile environnementale, aucune initiative allant dans le sens de la modification unilatérale du Code forestier ne doit être envisageable. « Nous voulons l’élaboration de la politique forestière avant la révision du code forestier. Nous militons pour une réforme forestière globalisante, inclusive et participative », précise ce communiqué.

Par ailleurs, la société civile environnementale n’est pas prête à fléchir sur la question de la levée du moratoire sur les forêts de la RDC n’a pas été oubliée,. Elle pense qu’aucune action dans ce sens ne peut être entreprise avant que toutes les conditions ne soient remplies. « Nous voulons la réalisation de la programmation géographique avant la levée du moratoire. Oui aux discussions sur les conditions particulière de cette levée », indique le communiqué final.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire