Gestion intégrée des ressources en eau : le Congo doté d’un comité national du Programme hydrologique international

0

Le bureau de quatorze membres dirigé par le directeur général de l’Institut national de recherche en sciences exactes et naturelles (Irsen), Clobite Bouka Biona, a été mis en place à l’issue d’un atelier dont les travaux ont pris fin, le week-end dernier, à Brazzaville.

Le Congo dispose désormais d’un comité national du Programme hydrologique international (PHI-Congo). Cette nouvelle structure rassemble en son sein des scientifiques, des universitaires et des responsables de la gestion des ressources en eau ainsi que des organes publics compétents, des associations professionnelles et des représentants de la société civile. Elle a, entre autres, mission de se pencher sur la révision des normes hydrologiques et la formation au sein des institutions en matière d’hydrologie opérationnelle. Les participants à l’atelier de redynamisation du comité du PHI-Congo ont également adopté des axes de recherche et de développement en accord avec le PHI ainsi que la feuille de route de cette structure.

Ils ont, par ailleurs, examiné le projet d’arrêté portant création, attributions, organisation et fonctionnement du comité PHI-Congo.

Une borne hydrologique installée sur la rivière Tsiémé

L’autre temps fort de cette rencontre, organisée en partenariat avec l’Unesco, a été la synthèse de l’atelier sur la gestion intégrée des ressources en eau (Gire) de février 2017. En effet, dans sa communication, le responsable du service hydrologique à l’Irsen, le Dr Jean Bienvenu Dinga, a rappelé le travail mené sur l’installation de la borne hydrologique de la station de la rivière Tsiémé, au pont de l’hôpital de référence de Talangaï. Les retombées de cette installation étant l’obtention des données de base pour le dimensionnement de l’ouvrage d’assainissement sur cette rivière; l’actualisation de la base de données du service hydrologique national et l’exploitation des données hydrologiques par les étudiants.

Clôturant les travaux, le directeur de cabinet du ministre de la Recherche scientifique et de l’innovation technologique, Jean Claude Boukono, s’est réjoui du fait que les objectifs visés par cet atelier ont été atteints. « Elargir les connaissances pour une meilleure appropriation et mise en œuvre des principes de la Gire afin que notre PHI-Congo puisse pleinement jouer son rôle d’intégration nationale. Telle est la substance de son apport dans l’amélioration des conditions de vie de notre population. Ensemble, faisons de notre PHI-Congo, un instrument au service de notre pays, un maillon fort, et pourquoi pas la clef de voûte de son développement », a-t-il déclaré.

Notons que selon les spécialistes, l’eau joue un rôle particulier à la survie élémentaire, dans la durabilité des écosystèmes et dans le développement socio-économique. Cependant, ils s’inquiètent devant la diminution des approvisionnements et la détérioration de l’eau.

Légendes et crédits photo : 

Présidium ; les participants/Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire