Genre : l’association Femme modèle veut susciter un élan de solidarité envers les victimes des violences conjugales

0

La plate-forme féminine va lancer, le 29 mars, à Brazzaville la cinquième édition de son programme « Women’s activity awards », dédiée cette année à l’appui et au suivi des femmes victimes des violences commises par leurs conjoints.  

D’après une enquête citée par la plate-forme organisatrice de la soirée Women’s activity awards, deux victimes sur trois continuent de vivre chez leurs maris violents et préfèrent se taire. La précarité sociale serait, d’après la même source, l’une des principales raisons du silence de ces victimes de la maltraitance.

C’est ce qui explique sans doute le choix du thème de la cinquième édition, « Renforcement des capacités pour l’autonomisation des femmes victimes des violences conjugales », avec des slogans tels que « En amour, on ne frappe pas », « Je ne suis pas un tam-tam ». L’initiative promeut l’insertion professionnelle de ces femmes à travers des séances de coaching en développement personnel.

À une semaine de la soirée Women’s activity awards, les leaders de la plate-forme, dont sa présidente, Mildred Moukenga, ont convoqué la presse pour essayer de situer l’opinion. Ainsi, lors de la soirée du 29 mars, quatre femmes vont s’affronter pour tenter de remporter le trophée de la cinquième édition. Elles défendront chacune son projet autour de l’agro-alimentaire, spécifiquement sur la transformation des produits tels que du maïs, de la papaye, des courges, etc.

La particularité de l’événement attendu réside notamment dans l’abolition des barrières linguistiques. « Les participantes pourront s’exprimer et présenter leur projet dans une des langues locales, en lingala ou kituba », a indiqué Mildred Moukenga. Précédemment, les personnes sélectionnées ont été formées à l’élaboration d’un projet et la façon de le conduire, a expliqué une autre intervenante, Horgenie Guempiaut, qui a insisté sur l’estime de soi que doivent avoir les femmes.    

L’association Femme modèle existe depuis 2013. Son objectif principal est d’autonomiser les maraîchères ainsi que les victimes de violences par des formations et des accompagnements financiers en vue de réduire la pauvreté. Elle travaille avec des groupements de trente à quarante femmes à Brazzaville et à l’île Mbamou. Environ trois cents femmes ont déjà bénéficié de l’accompagnement de cette structure.

Légendes et crédits photo : 

Les leaders de l’association Femme modèle, lors de la conférence de presse

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire