Gabon : Paris et l’UA condamnent la tentative de coup d’Etat et appellent au  »strict respect » de la Constitution

0

Alors que le président gabonais, Ali Bongo, est hospitalisé au Maroc, des militaires ont pris le contrôle des médias d’Etat le 7 janvier et annoncé l’instauration d’un « Conseil national de restauration ». Le gouvernement gabonais a annoncé leur arrestation.

La présidence a annoncé l’arrestation du chef du commando qui a tenté de prendre le pouvoir par la force. Deux autres membres de ce putsch râté de cinq hommes ont été tués, a-t-on appris. La France a condamné la tentative de coup d’Etat au Gabon, qui a échoué, et appelé au « strict respect » de la Constitution dans ce pays dont le président Ali Bongo Ondimba, malade, est absent depuis deux mois et demi. « Nous condamnons toute tentative de changement de régime extra-constitutionnel. La stabilité du Gabon ne peut être assurée que dans un strict respect des dispositions de sa Constitution », a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Du côté de l’Union africaine (UA), l’on a condamné fermement cette tentative de déstabilisation des institutions du pays. « Je réaffirme le rejet total par l’UA de tout changement inconstitutionnel de pouvoir », a tweeté Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’UA. Des militaires ont appelé à un soulèvement à la radio d’Etat, se disant du Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon. Dans un message lu à Radio Gabon, ils ont appellé « tous les jeunes des forces de défense et de sécurité et à toute la jeunesse gabonaise de se joindre à nous ». Ali Bongo, président du Gabon, a été victime d’un AVC, en octobre dernier.

Actuellement en convalescence au Maroc, il a présenté ses voeux à la télévision, en décembre dernier. Ali Bongo avait pris la parole depuis Rabat pour la première fois depuis son hospitalisation. La vacance du pouvoir n’a pas été déclarée en l’absence du chef de l’Etat. La Cour constitutionnelle a transféré une partie des pouvoirs du président au Premier ministre et au vice-président. Une source proche de la présidence affirme que tous les points stratégiques sont sous contrôle ainsi que les abords de Radio Gabon.

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire