Funérailles de Tshisekedi : l’UDPS dénonce une tricherie

0

Un document, réputé authentique et faisant office d’un compromis entre le gouvernement congolais, la famille biologique d’Etienne Tshisekedi et son parti politique, l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), est en libre circulation sur les réseaux sociaux depuis le dernier week-end. Daté du 06 juin 2017 et signé par le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadari pour le compte du Gouvernement, Mgr Marcel Mulumba pour la famille biologique et Jean-Marc Kabund, Secrétaire général de l’UDPS, cet accord définit les modalités de rapatriement de la dépouille mortelle de l’illustre disparu, du lieu d’exposition et du site d’inhumation. L’unique point à régler restait le programme officiel des funérailles.

Le hic, dans l’affaire, est que l’UDPS affirme n’avoir jamais reçu copie du document en question. Selon Augustin Kabuya, porte-parole de ce parti, à la date du 06 juin 2017, les délégués des familles biologique et politique d’Etienne Tshisekedi avaient effectivement signé, en trois copies, l’accord auquel étaient parvenues les trois parties mais qu’il manquait la signature du représentant du gouvernement, qu’on avait présenté comme non disponible en raison de son emploi du temps fort chargé.

Notre source a soutenu que pendant deux mois, c’est la même réponse qui leur était donnée au sujet de la suite réservée aux copies en souffrance du côté de la partie gouvernementale. Voilà pourquoi la veuve du défunt, Marthe Kusala, était montée dernièrement au créneau pour accuser le gouvernement congolais de mauvaise foi, sur le plateau de TV5 Monde, et de refuser que son mari soit enterré dans sa terre nationale. Augustin Kabuya a tenu à relever que la veuve de Tshisekedi avait dit vrai et que c’est du côté du gouvernement qu’on a continué à entretenir le flou, afin de faire croire à l’opinion tant nationale qu’internationale que les funérailles de ce dernier étaient bloquées par les familles politique et biologique. Il a encore martelé que si cela ne dépendait que du parti et de la famille du défunt, le dossier serait déjà clos depuis longtemps.

Par conséquent, c’est la surprise générale à la publication du document portant les signatures des délégués de toutes les parties.

Ici, on persiste et signe qu’à la date du 06 juin 2017, la signature d’Emmanuel Ramazani Shadari n’était pas là. C’est ainsi que les trois parties avaient adopté comme ligne de conduite de ne rien déclarer au sujet de l’organisation des obsèques de Tshisekedi tant que le communiqué conjoint ayant sanctionné leurs négociations ne serait pas rendu public. Augustin Kabuya soutient que la signature de ce membre du gouvernement est intervenue récemment et que si c’était le cas depuis le 06 juin 2017, on devrait expliquer aux Congolaises et Congolais la raison de la publication tardive du communiqué conjoint.

Par ailleurs, l’UDPS et la famille biologique d’Etienne Tshisekedi continuent d’attendre leurs copies de l’accord conclu avec le gouvernement. Jusqu’à preuve du contraire, elles s’estiment jusque-là non saisies.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire