Front national: demande de levée d’immunité pour Marine Le Pen au Parlement européen

0

Les juges du pôle financier de Paris, chargés de l’enquête sur les assistants parlementaires du Front national, ont rédigé, les 29 mars et 30 mars, deux demandes de levée d’immunité, pour les eurodéputées Marine Le Pen et Marie-Christine Boutonnet.

Toutes les deux avaient refusé de se rendre à une convocation en leur cabinet, le mois dernier, en vue d’une mise en examen pour abus de confiance. Elles sont soupçonnées d’avoir fait salarier par le Parlement européen des assistants qui travaillaient en réalité pour le Front national. Marine Le Pen avait déjà refusé, le 22 février, d’honorer la convocation des policiers de l’OCLCIFF, l’office anti-corruption.

L’examen de la demande prend plusieurs mois

L’examen de cette demande, qui au Parlement européen fait l’objet d’un vote en séance plénière, prend en général plusieurs mois. Les juges d’instruction ne s’attendaient donc pas à ce qu’elle aboutisse avant l’élection présidentielle. Il n’est même pas sûr qu’une réponse positive leur permettrait d’entendre Marine Le Pen avant le mois de juin, car la présidente du FN entend refuser toute convocation jusqu’aux législatives, et a fait passer la consigne aux eurodéputés du parti. Les magistrats ont sans doute voulu faire acte d’autorité car chez Marine Le Pen, ne pas répondre aux convocations de justice devient vraiment une habitude. Dans l’enquête sur le financement des campagnes Front national de 2012, Marine Le Pen les avait déjà fait attendre quelques semaines, jusqu’à la fin des régionales de 2015 (elle n’avait finalement pas été poursuivie alors que le FN est renvoyé en correctionnelle).

A ce jour, deux anciens assistants parlementaires sont mis en examen. Eux ne bénéficient d’aucune immunité: Catherine Griset, la cheffe de cabinet de Marine Le Pen, et Charles Hourcade, ancien assistant de Marie-Christine Boutonnet, en même temps qu’il apparaissait comme graphiste au siège du parti à Nanterre. L’enquête française s’appuie sur le rapport de l’OLAF, l’office européen anti-fraude. Sur la base de ce rapport le Parlement européen réclame déjà au FN 1,1 millions d’euros de salaires d’assistants qu’il estime indûment versés. Six eurodéputés Front national, dont Jean-Marie et Marine Le Pen, font l’objet de retenues sur leurs indemnités et leurs frais. Ils ont saisi de leur côté la justice européenne.

En France, les enquêteurs ont saisi chez Wallerand de Saint-Just, le trésorier du Front National, une lettre de juin 2014, révélée par Le Monde, où il proposait de faire « des économies importantes grâce au Parlement européen et si nous obtenons des reversements supplémentaires ». Wallerand de Saint-Just s’était défendu le 30 mars sur Franceinfo : « il n’y a jamais eu de système mis au point, nous n’avons rien fait d’illégal, nous n’avons jamais voulu prendre le moindre centime au Parlement européen ».

Source : Media Congo

Laisser un commentaire