Front commun pour le Congo : de nouveaux membres adhèrent à la vision du camp présidentiel

0

Le comité stratégique de la plate-forme électorale placée sous l’autorité morale du chef de l’État, Joseph Kabila, a organisé, le 14 juillet, une séance spéciale consacrée à la signature de la Charte portant son organisation et son fonctionnement. 

La cérémonie, la cinquième du genre, s’est déroulée au club Rotana, à Gombe, dans le cadre de la poursuite de la signature de l’acte fondateur du  Front commun pour le Congo (FCC). Elle a concerné non seulement les membres du gouvernement qui étaient absents lors de la cérémonie solennelle du 1er juillet, au Pullman hôtel, mais aussi quelques personnalités indépendantes, sans oublier  les représentants des partis et regroupements politiques ainsi que de la société civile. Tous ont signé ce document qui les engage à soutenir le candidat commun du FCC lors de la présidentielle du 23 décembre. Ces différents signataires sont venus élargir le champ du FCC dont le but est la conquête démocratique du pouvoir à tous les niveaux aux prochaines élections sur la base d’un programme commun.

Au nom du chef de l’Etat, son directeur de cabinet, Néhémie Mwilanya, a  rappelé aux nouveaux adhérents la nécessité et l’importance de cette coalition politique.  « Le FCC est une bonne nouvelle pour le Congo. Il est constitué de ceux qui s’avisent comme des gardiens du temple du Congo, de ceux qui ont fait le point de la marche politique du pays et qui se sont rendus à l’évidence que nous nous sommes assez querellés et qu’il est temps que nous puissions mutualiser nos efforts et nos moyens pour le Congo », a-t-il indiqué. Il a convié les nouveaux adhérents à aller à la reconquête de l’électorat et à obtenir un président de la République bien élu avec une large majorité parlementaire.

À l’issue de la cérémonie, quelques signataires ont livré leurs impressions au Courrier de Kinshasa. Pour le Pr Elikya Mbokolo qui représentait la catégorie des personnalités indépendantes, « cette  charte s’inscrit dans une série d’activités comme les concertations nationales ainsi que le conclave de la cité de l’Union africaine ». Et d’ajouter : « Il faut que nous arrêtions avec l’émiettement des petits partis politiques qui se disputent sur des problèmes mineurs et, souvent, sur des querelles des personnes pour arriver à une plate-forme qui réunit un grand nombre de Congolais et qui s’inscrit dans la dynamique actuelle de la préparation des élections avec des objectifs à la fois politique (indépendance du pays, respect de la souveraineté) et économique (développement, émergence, progrès social, aménagement de l’espace national).

Le PDG de l’Isipa, Martin Ekanga, s’est dit satisfait en signant ce document. « Il est temps que nous nous engagions dans la paix », a-t-il estimé. Pour sa part, le Pr Nsaman Lutu a laissé entendre que « c’est le début d’une solution aux problèmes du pays ». Cette solution, a-t-il renchéri, signifie qu’il n’y a personne qui détient la vérité en ce qui concerne les problèmes du pays. « C’est plutôt le consensus et le dialogue qui peuvent amener les gens à se mettre d’accord dans le sens que chacun y trouve son compte », a-t-il précisé. Mamie Kanku, une personnalité indépendante, a justifié son adhésion au FCC par le souci de « donner au Congo un nouveau président avec une majorité parlementaire stable, honnête et dotée de qualités et de compétences afin de donner l’espoir au peuple congolais ».

Légendes et crédits photo : 

1. Le Pr Elikya Mbokolo signant la Charte du FCC
2. Azarias Ruberwa, Henri Mova et Néhémie Mwilanya, membres du comité stratégique du FCC

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire