Forum des As : She Okitundu à Federica Mogherini : « les sanctions de l’Union Européenne sont injustes »

0

La rencontre de mercredi 5 juillet entre le chef de la diplomatie congolaise Leonard She Okitundu et la vice-présidente de la commission européenne, Mme Mogherini, à Bruxelles est diversement commentée par les journaux parus ce vendredi 7 juillet à Kinshasa.
 
D’après Forum des As, le chef de la diplomatie congolaise n’est pas allé solliciter une aide financière pour la RDC en Europe, le Président Kabila ayant été clair sur le financement du processus électoral qui sera national, souligne le quotidien. Cette rencontre avait pour objet la levée des sanctions contre certaines autorités congolaises,  la tenue des élections et l’enquête sur les massacres au Kasaï, précise le quotidien.
 
Et selon She Okitundu, le climat des discussions de cette première rencontre était « franc et direct » rapporte le journal, faisant savoir qu’au cours des échanges, la Vice-présidente de la Commission européenne a notamment insisté sur le fait que la tenue d’élections transparentes et démocratiques dans les plus brefs délais représente le moyen de sortir de l’impasse politique.
 
De son coté, poursuit le confrère, She Okitundu a réitéré sa révulsion envers les mesures restrictives de l’Union Européenne (UE) contre certaines personnalités congolaises, estimant qu’elles ne respectent pas les grands principes du droit international, notamment la non-ingérence dans les affaires d’un Etat.
 
L’enquête sur l’assassinat des deux experts de l’ONU a été également au menu de cette rencontre, révèle pour sa part Actualité.cd.
 
Et sur ce point, «Mme Mogherini a souligné au cours de ces échanges la nécessité pour la RDC de coopérer pleinement avec les experts des Nations Unies pour enquêter sur les violations graves des droits de l’homme dans le Kasaï et faire la lumière sur le double meurtre de ces fonctionnaires de l’ONU au Kasaï », rapporte le site d’information.
 
Quant à l’organisation des élections, « l’UE reste disposée à discuter des options pour appuyer le processus électoral à partir de la définition du calendrier électoral », a fait savoir à She Okitundu la Haute représentante de l’UE, ajoute Atualité.cd.  
 
Mme Mogherini a considéré cette rencontre comme étant positive et constructive, selon L’Avenir qui cite le ministre des Affaires étrangères congolais. Au sortir de cette rencontre en effet, le chef de la diplomatie congolaise a soutenu que ces échanges marquaient «un nouvel élan dans les relations entre la RDC et l’UE», rapporte le quotidien.
 
Pour Cas-info.ca cependant, le résultat de cette offensive diplomatique congolaise reste «le statu quo» dans les relations entre la RDC et son partenaire européen. Le site d’actualité fait observer qu’à Addis-Abeba, l’Afrique est restée solidaire alors que l’Europe maintient ses sanctions, conditionnant même leur éventuelle levée à la tenue des élections.
 
Qui pis est, fait remarquer d’ailleurs Cas-info.ca, la liste des pays ayant accepté d’appliquer ces mesures restrictives prises le 29 mai dernier contre certains officiels congolais s’est alourdie. Le site d’actualité rapporte en effet que plusieurs pays européens candidats à l’Union européenne se sont engagés à harmoniser leurs politiques nationales avec lesdites sanctions.  
 
Le Potentiel dans un tout autre registre fait échos du cri d’alarme sur la situation en RDC que Human Rights Watch (HRW) a lancé à la communauté internationale.
 
Dans une tribune publiée récemment dans les colonnes de Washington Post, l’ONG internationale, estime en effet que «la crise en RDC est en train d’échapper à tout contrôle», écrit le quotidien, ajoutant que pour cette organisation, «intervenir en RDC est la solution appropriée pour épargner le pays d’un chaos généralisé».
 
Le journal considère cette tribune comme « une belle manière de réveiller la conscience mondiale sur le drame congolais ».

Source : radiookapi.net

Laisser un commentaire