Forum Chine-Afrique : l’ONU appelle à un développement durable inclusif

0

A Beijing, le patron des Nations unies, Antonio Guterres, a plaidé pour la poursuite d’une « mondialisation juste » et la promotion d’un « développement qui ne laisse personne de côté ».

 « Ensemble, la Chine et l’Afrique peuvent unir leurs potentialités combinées pour des progrès pacifiques, durables et équitables au bénéfice de toute l’humanité. Il est important que la coopération pour le développement actuel et à venir contribue à la paix, à la sécurité et à la construction d’une ‘communauté d’avenir partagé pour l’humanité’ », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, s’adressant aux dirigeants africains et chinois réunis à Beijing.

Le chef de l’ONU a, cependant, souligné cinq domaines « cruciaux » pour la réussite du partenariat sino-africain. « Une coopération plus étroite entre la Chine et l’Afrique peut déboucher sur un développement durable, respectueux de l’environnement et résilient en Afrique, qui englobe d’abord les personnes qui accusent le plus grand retard », a-t-il affirmé.

Pour Antonio Guterres, le soutien financier et technologique au développement des infrastructures est essentiel tout comme le renforcement des capacités commerciales. « Les pays africains commencent à réaliser le potentiel de la zone de libre-échange continentale historique » qui a été signée plus tôt cette année, a-t-il dit, ajoutant que le renforcement des systèmes nationaux de données peut aider ces pays à formuler des politiques et à stimuler la prise de décisions.

Miser sur la coopération Sud-Sud

S’il s’est dit convaincu que « la coopération Sud-Sud est fondamentale pour une mondialisation équitable », Antonio Guterres a rappelé que la croissance spectaculaire de ce partenariat entre pays émergents « n’élimine pas la nécessité de mettre en œuvre les engagements Nord-Sud », notamment ceux pris dans le cadre du Programme d’action d’Addis-Abeba.

À Beijing, le chef de l’ONU a exhorté la Chine et l’Afrique à promouvoir des politiques budgétaires durables qui, selon lui, constituent un pilier essentiel du développement durable. « Nous devons tous travailler ensemble pour garantir la viabilité financière du développement de l’Afrique. Il est impératif que nous soutenions l’Afrique à la fois pour préserver et créer un espace budgétaire pour les investissements », a-t-il prévenu, martelant sur la nécessité d’un « effort mondial concerté » pour lutter contre l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent et les flux financiers illicites. Des priorités de lutte contre la corruption envers lesquelles se sont engagés les pays africains lors du sommet de l’Union africaine au début de l’année.

Aider l’Afrique à faire face au changement climatique

« Un avenir durable pour la Chine, l’Afrique et le monde signifie un développement respectueux du climat et résilient au changement climatique. La Chine est aujourd’hui un leader mondial des solutions climatiques. Il est important qu’elle partage ses avancées avec l’Afrique pour permettre au continent de dépasser le développement polluant traditionnel en faveur de la croissance verte. Et aussi, d’aider l’Afrique à s’adapter au changement climatique et à renforcer sa résilience aux impacts que les Africains ont si peu contribué à créer », a dit Antonio Guterres, rappelant que ce dernier couplé à la dégradation de l’environnement multiplie les risques, en particulier pour les États fragiles et les régions vulnérables.

Le secrétaire général a affirmé que l’ONU continuera d’appuyer le partenariat Chine-Afrique et, plus largement, la coopération Sud-Sud, « afin que toutes les nations – en Afrique et au-delà – puissent bénéficier d’un développement durable et inclusif ».

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire