Forêts d’Afrique centrale : impliquer les populations autochtones pour une meilleure gestion

0

Les communautés locales sont peu impliquées dans les projets de conservation des écosystèmes forestiers de la région. Une situation que tentent de corriger les responsables des entités nationales et régionales avec l’appui de l’Agence de coopération allemande (GIZ).  

Un atelier de concertation s’est ouvert le 15 juillet, à Brazzaville, et réunit les coordinateurs nationaux de la Commission des forêts d’Afrique centrale(Comifac), du Cameroun, de la Centrafrique et du pays hôte le Congo-Brazzaville. La rencontre est consacrée aux initiatives pilotes d’appui du projet régional Giz d’appui à la Comifac en faveur des  populations autochtones et locales.   

En effet la rencontre vise à échanger sur le cahier des charges des initiatives pilotes, à mettre en place une structure de gouvernance, à valider les critères de choix des acteurs, à définir les mécanismes de mise en œuvre des activités des initiatives pilotes, ainsi que les résultats à atteindre à court et moyen terme au niveau national.

Cette concertation des forestiers permettra surtout de répondre aux recommandations formulées par les populations riveraines par le biais de leur réseau, notamment la vulgarisation auprès des autochtones des connaissances sur la gestion des aires protégées ; l’aide à l’élaboration d’une démarche consensuelle en matière de consentement libre, informé et préalable dans les aires protégées.

Pour l’expert en biodiversité de la Comifac, Chouaibou Nchoutpouen, le retard actuel peut être rattrapé. « Ces initiatives pilotes contribueront à la mise en œuvre des directives sous-régional adoptées depuis 2006 pour la participation des populations autochtones et des communautés locales ainsi qu’à leur renforcement dans la gestion durable des forêts et aires protégées », a-t- il indiqué.

Afin de remédier aux problèmes liés à la mise en œuvre de l’approche participative, les parties prenantes entendent élaborer des directives sous- régionales avec un cahier des charges destiné à orienter la gouvernance forestière au sein de l’espace. Le document s’adresse à toutes les entités concernées par le processus de gestion participative.

Le  projet régional GIZ d’appui à la Comifac, quant à lui, se focalisera sur les activités visant le développement des capacités des personnes et organisations des structures du système de la Comifac, y compris sur des actions pilotes menées ou accompagnées au niveau national et local. 

Notons que la rencontre qui prendra fin ce mardi a connu la participation  des directeurs des aires protégées et de la faune sauvage, des représentants des communautés autochtones des différents pays, des points focaux biodiversité, ainsi que des responsables du Tri-national de la Sangha.

Légendes et crédits photo : 

Les participants lors des travaux en atelier

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire