Forêt/FSC : un groupe d’experts autochtones mis en place

0

Les membres du comité permanent des peuples autochtones au sein du FSC ont été sélectionnés, au cours d’un atelier qui a eu lieu la semaine dernière à Brazzaville.

L’atelier de sélection des membres du groupe d’experts autochtones, organisé par le FSC en partenariat avec Forest peoples programme (FPP),  a réuni vingt délégués des peuples autochtones venus de cinq pays d’Afrique centrale, représentant des structures telles que le Renapac (Congo), Gbabandi et Okani (Cameroun), Mefp et Repalca (Centrafrique), Minapyga et Adcppg (Gabon) et celle de la République démocratique du Congo.

Durant trois jours, les vingt participants  ont pris part à cet atelier de formation et de sélection au terme duquel, cinq d’entre eux ont été retenus pour faire partie du groupe d’experts autochtones devant défendre les intérêts de leurs communautés respectives.

En effet, après plusieurs plaintes émises par certaines voix dans la sous-région sur la non participation de la population autochtone à la prise de décision, et le fait pour elle de ne pas bénéficier des redevances et rentes forestières, le temps est venu, pour cette couche, d’être associée dans ce qui se fait et se fera désormais autour des forêts.

Pour Venant Messe, représentant Afrique du Comité permanent des peuples autochtones auprès du FSC, il fallait combler le vide qui existait entre le comité permanent et les communautés autochtones.

Le comité permanent des peuples autochtones au sein du FSC est une instance mondiale qui consiste à collecter les préoccupations des peuples autochtones dans toutes les activités du FSC. « Les cinq membres issus des cinq pays de la sous-région Afrique centrale vont jouer le rôle de passerelle entre le comité permanent et les délégués que nous sommes pour pouvoir collecter les problèmes des communautés à la base concernant la question des forêts certifiées et le Conseil d’administration de FSC », a expliqué Venant Messe.

Quant à la sélection, elle a été faite sur la base des critères spécifiques: les candidats devraient montrer leur pertinence en rapport avec la concession forestière certifiée ou par rapport aux thématiques relatives aux concessions forestières. 

Avec l’organisation de cet atelier, le groupe d’experts mis en place pourra remonter les informations de la communauté jusqu’au Conseil d’administration du FSC. Ce qui permettra aux Etats et aux concessionnaires d’avoir des discussions pour que les peuples autochtones  bénéficient des différentes rentes qui sont allouées aux forêts. Tel est l’objectif majeur de cet atelier de sélection des membres du groupe d’experts autochtones de la sous-région.

Experte internationale du FSC et formatrice, Olivia Rickenbach a indiqué que cet atelier avait également pour objectif de renforcer les capacités d’améliorer la protection des droits de la population autochtone et des communautés locales, et assurer leur participation réelle à la gestion responsable des forêts. 

« Dans la suite de la formation, nous allons nous appesantir sur le volet plaidoyer, parce qu’il faut déjà connaître ses droits pour pouvoir revendiquer quelque chose. Il faudra donner les outils nécessaires aux experts autochtones pour revendiquer ce qui revient aux communautés autochtones », a conclu Venant Messe.

Légendes et crédits photo : 

Photo : Les participants au séminaire

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire