Fonction publique- PRRAP : Serge Bikoro contraint l’État à rembourser 4,5 millions $ à la Banque Mondiale pour ses dépenses  inéligibles

0

L’ancien coordonnateur du Projet de Réforme et de Rajeunissement de l’Administration Publique (PRRAP), Serge Bikoro a laissé l’État congolais dans des mauvais draps.
Arrivé fin contrat le 31 décembre 2017 après une année de prestation au PRRAPP, Bikoro a engagé de dépenses de près de 4,5 millions de dollars américains dans le cadre des opérations de mise à la retraite des agents et fonctionnaires de l’État que malheureusement, la Banque Mondiale (BM) a jugées inéligibles ; d’après les fuites d’un Rapport d’audit de l’institution de Breton Wood parvenues  à 7SUR7.CD.
Après investigation, les auditeurs de la BM ont conclu que les dépenses de l’ordre de 4,5 millions de dollars américains effectuées par le coordonnateur du PRRAPP ont été faites en violation de procédure de l’Institution financière internationale.
En conséquence, le gouvernement congolais est appelé à rembourser cet argent.
D’autres experts se demandent comment un homme réputé chevronné a-t-il pu commettre une telle faute ?
« Y-a-t-il eu un problème d’expertise ou soit Serge Bikoro a failli tout simplement dans sa gestion en entraînant le gouvernement dans des dépenses inéligibles ? », s’interroge un ancien du PRRAP, qui affirme que c’est le coordonnateur du Projet qui engage des dépenses et non le cabinet du ministre.
Après une année de contrat à durée déterminée, Serge Bikoro a été notifié par le ministre d’État de la Fonction publique.
Étonnant que le PANECO parle d’un limogeage de Bikoro alors que même dans la note de clôture de son contrat, le ministre Michel Bongongo lui a signifié que sa rallonge de prestation de 3 mois devait  permettre à l’auditeur de la BM de terminer son travail, d’après le conseiller du ministre Bongongo.
En plus, le coordonnateur sortant du PRRAP devait assurer la transition en attendant la nouvelle équipe dirigeante.
  « Il le savait et il travaillait en fonction de ça », rappelle un membre du cabinet.
Pour relancer la machine après le désordre qui a élu domicile au sein de cette structure, un coordonnateur a.i a été désigné par le ministre de la Fonction publique en accord avec la BM, pour assurer l’intérim.
L’expert promu avait été recruté en son temps par l’Institution de Breton Wood comme consultant au PRRAP. Il s’agit donc d’un fils maison qui maîtrise les rouages. Il n’est ni membre du parti politique du ministre moins encore originaire de sa province. Et déjà, la remise-reprise a eu lieu mercredi 31 janvier 2018.
Le processus de recrutement d’un nouveau coordonnateur est lancé. Dans 3 mois, un cabinet indépendant qui sera recruté, va s’atteler à organiser le concours afin de remplacer tous les pretendants. Le coordonnateur S. Bikoro n’est pas le seul dont le contrat est arrivé à échéance au  Projet de Réforme et de Rajeunissement de l’Administration Publique. D’ailleurs, lui-même avait signifié la fin de prestation de ses autres collaborateurs du PRRAPP dont  les contrats sont arrivés à échéance.
A bien scruter le dossier, le ministre Bongongo n’a fait qu’appliquer la loi, tout en s’inscrivant sur la vision du chef de l’État pour faire aboutir la réforme de l’Administration Publique.
Alphonse Muderhwa

Source : 7sur7.cd

Laisser un commentaire