Floribert Kabange: une enquête et des questions

0

La justice militaire était la seule jusque-là à enquêter dans les massacres au Kasaï, région du centre de la République démocratique du Congo touchée par des affrontements entre l’armée et des miliciens du chef Kamuina Nsapu tué en août 2016. Elle se penchait spécifiquement sur les assassinats des experts de l’ONU, annonçant un début prochain de procès.

Depuis le week-end dernier, la donne a changé. Deux enregistrements audios et des révélations du journal américain New York Times ont clairement établi une implication du député de l’opposition Clément Kanku dans les massacres dans la région congolaise du Kasaï, mais aussi une probable implication dans les assassinats des experts de l’ONU.

Floribert Kabange Numbi, Procureur général de la République (PGR) annonce ce mardi l’ouverture d’une enquête dans l’affaire des conversations téléphoniques du député Clément Kanku. Le PGR dit avoir écrit à Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale,  pour qu’il « entende » le député Kanku!

« Si les faits sont avérés, son immunité sera levée. Mais on en est pas encore là« , dit Floribert Kabange lors de sa conférence de presse ce mardi à Kinshasa.

Et l’enquête FARDC?

A l’issue de son monologue, Floribert Kabange n’a cependant pas expliquer la raison soudaine de cette intervention de la justice congolaise, alors que des sources concordantes affirment que les enregistrements datent d’août 2016. « Prend-t-il ses enquêtes auprès de POLIITICO.CD », s’interroge même un député congolais de l’opposition.

Entre temps, des proches du député congolais ne nient pas l’authenticité des enregistrements, parlent plus tôt d’une erreur de traduction. Par ailleurs, la conférence de presse du député Clément Kanku prévue dans la foulée a été annulée. Les forces de l’ordre ont brusquement intervenu pour disperser la rencontre, soulevant encore plus de questions.

Finalement, qu’advient-il du procès imminent annoncé par la justice militaire? En effet, le très sérieux média américain New York Times affirme que l’experte des Nations Unies Zaida Catalán, assassinée en mars dernier avec son collègue américain Michael Sharp, détenait ses enregistrements audios prouvant l’implication de l’ex-ministre Clément Kanku dans les massacres au Kasaï.

De plus, lorsqu’il a été contacté par The New York Times, M. Kanku a initialement nié, puis a confirmé qu’il avait été en contact avec les experts. « J’ai parlé avec l’homme; la femme, je ne lui ai pas parlé« , a répondu le député congolais. Avant de changer de version: « Je pense que j’ai également parlé avec la femme, mais je ne suis pas certaine parce que beaucoup de gens m’appellent « . Ce qui crée une véritable collusion dans les enquêtes de la justice militaire autour des assassinats des experts onusiens.

Source : Politico CD

Laisser un commentaire