Fistule obstétricale : Trois mesures recommandées pour lutter contre le fléau

0

Le ministère de la Santé et de la population a proposé, le 23 mai à Brazzaville, aux femmes de repousser l’âge de la première grossesse à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale.

Fistule obstétricale : Trois mesures recommandées pour lutter contre le fléauLa proposition du ministère de la Santé intègre les trois mesures recommandées pour éviter leur atteinte par la fistule.  Les femmes devraient aussi mettre fin aux pratiques traditionnelles préjudiciables et avoir accès en temps voulu aux soins obstétricaux.

Cette journée commémorée sur le thème : « Femme victime de fistule suivie, vie transformée », le ministère de la Santé a rappelé que : « le problème demeure entier et il exige le plein engagement de toutes les parties prenantes », a déclaré Donatien Moukassa, directeur de cabinet au ministère de la Santé. Ajoutant que : « Cette affection est l’un des exemples les plus révélateurs de l’inégalité d’accès aux soins de santé sexuelle, maternelle et reproductive. Aucune femme ne devrait souffrir de cette injustice en essayant de donner la vie ».

En 2014, le Congo comptait plus de mille cinq cents cas de femmes fistuleuses selon un ouvrage présenté à l’occasion par Pierre Marie Tebeu, professeur de l’université de Yaoundé (Cameroun). Par contre, à travers le monde on compte entre 50.000 et 100.000 femmes fistuleuses.

Pour faire face à ce fléau, le ministère de la Santé s’est engagé à améliorer les interventions stratégiques avec l’appui des partenaires techniques et financiers dont l’OMS et le Fnuap. Il s’emploie aussi à former les praticiens de ces interventions à la réponse communautaire.

« Il s’agit d’augmenter les compétences professionnelles des obstétriciens, des sages-femmes, des managers des formations sanitaires et de rendre disponible l’offre des soins de qualité et de services à l’endroit des femmes malades », a indiqué Donatien Moukassa.

La fistule obstétricale est une légion grave et dangereuse susceptible de survenir lors d’un accouchement. L’apparition d’une fistule obstétricale est directement liée à l’une des principales causes de mortalité maternelle à savoir l’accouchement dystocique ou l’absence de soins obstétricaux adéquats.

La femme qui présente une fistule obstétricale souffre d’une incontinence permanente, ressent de la honte et est discriminée par de tierces. A long terme, elle peut souffrir de problèmes médicaux et sociaux tels que des infections cutanées, des troubles rénaux, le chômage, le divorce, la perte de l’estime, la tendance à se suicider, etc.

Enfin, la prise en charge globale contre ce fléau nécessiterait la chirurgie, la réinsertion, la sensibilisation des filles, femmes, décideurs et de toute la chaine d’une communauté.

Légendes et crédits photo : 

Au milieu, Donatien Moukassa, directeur de cabinet au ministère de la santé (adiac)

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire