Finale de la Coupe de la Confédération : les V.Clubiens divisés sur l’usage de la VAR

0

L’Assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) s’invite pour la première fois en finale des Coupes interclubs de la Caf, en l’occurrence à la Coupe de la Confédération. Cet outil sera utilisé tant à Casablanca, au Maroc, le vendredi 23 novembre, qu’à Kinshasa, une semaine après, soit le 30 novembre. Concernées par la VAR, les V.Clubiens ont réagi différemment sur ce dossier. Les uns sont favorables à cette technologie, les autres s’inscrivent en faux.

C’est un secret de polichinelle, le public sportif congolais, les supporters de V.Club en particulier, sont fixés depuis le mois d’octobre sur l’usage de la VAR par la Caf pour la Coupe de la Confédération. 

Dispositif d’assistance vidéo, la VAR a été mise en œuvre par des arbitres spécialisés assistant l’arbitre central. Cet outil est d’usage pour valider un but ou non, siffler un penalty ou non, infligé un carton rouge indirect ou non et vérifier l’identité d’un joueur sanctionné.

Les avis sont vraiment partagés dans le chef des supporters sur cette matière. Tel est notre constat après avoir interrogé les « bana vea ».

« Nous sommes pour la vidéo, car cet outil aide l’arbitre central à corriger certaines erreurs cruciales tout au long du match. Un but validé peut changer le cours du match, par exemple. Un penalty sifflé ou non. Cette technologie est d’un apport capital, car aucune oeuvre humaine n’est parfaite ». 

« En plus, c’est un plaisir de la voir au stade des Martyrs » ont affirmé Elvis Etumole et Lamy Mbesi, respectivement coach titulaire et secrétaire général du FC Promotion (D1 Lukunga), abordés en pleine activité au terrain STP, de Kintambo. 

Habitant Righini, à Lemba, le docteur Serge Kuvu loue ce dispositif inédit qui permet aux hommes en noir de mieux apprécier quelques actions. 

« En temps réel, les arbitres ont du mal à juger d’emblée certaines séquences. Ils sont de fois à côté de la plaque. L’Assistance vidéo est de bon augure dans la mesure où elle reprécise les choses. Les contestations ne seront pas élaguées du fichier footballistique, mais elles seront minimes », s’est-il félicité.

Joint sur les réseaux sociaux, Silva Malalu, un supporter inconditionnel de V.Club séjournant à Luanda, en Angola, corrobore l’idée de l’institution dirigée par le malgache Ahmad Ahmad.

« Pour moi, c’est bien d’utiliser la VAR, car elle vient à la rescousse des officiels pour finalement avoir un jugement de valeur. Ce n’est pas seulement pour les penalties comme beaucoup le pensent. C’est aussi pour sanctionner les gestes de certains joueurs, à l’instar des coups de poing. Quand bien même cette technologie n’est pas une garantie à 100 %. Je suis fier d’être Congolais. Nous avons vu la VAR, lors de la Super coupe Mazembe-WAC. Mais, c’est mon équipe de prédilection, V.Club qui va l’inaugurer au Congo. Cela restera dans les annales », a-t-il indiqué.

LA VAR A LA BASE DES POLEMIQUES, LA VIGILANCE S’IMPOSE 

De l’autre côté, on s’oppose à cette innovation d’autant plus que la VAR est génératrice des polémiques et des dégâts. 

« La vidéo freine le cours normal du match. Elle casse le rythme et la rencontre perd de sa saveur. En plus, nous avons tous suivi la Coupe du monde Russie 2018. Elle était utilisée généralement en défaveur d’autres nations : le Nigeria, le Maroc, l’Iran pour ne citer que celles-ci. Elles ont été éliminées dès le premier tour à cause de cette VAR ». 

« Récemment, la finale aller de la Ligue des Champions Al Ahly-Espérance de Tunis (3-1), a laissé plus d’un sportif africain sur un goût amer. Ce, suite au comportement de l’arbitre algérien et la fameuse vidéo. C’est un mariage presque parfait pour susciter une avalanche de contestations dans les deux camps », ont lâché Aurélie Nkusu et Jenny Kalonji.

Les fans rencontrés aux environs du stade Tata Raphaël, l’ont pour la plupart réfusé catégoriquement. « Nous ne voulons pas de cette vidéo. C’est comme la machine à voter. C’est un outil complexe. Mais, comme nous voulons la finale, nous allons jouer avec ou sans cette VAR.

Douze officiels ont été formés à l’usage de l’Assistance vidéo à l’arbitrage, au Caire, en Egypte. Cette formation s’est déroulée du 24 au 29 octobre courant. 

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire