Fête de la musique : le Mondial a fait ombrage à la célébration de l’événement

0

Aucune grande effervescence particulière n’a été ressentie le 21 juin, dans la « capitale africaine de la musique », Kinshasa, hormis à la Halle de la Gombe où a régné une ambiance électrique en soirée, à la suite d’une animation proposée par Baziks Entertainment.

Le podium de la Fête de la musique en journée à la Halle de la GombeAccaparés par la Coupe du monde, c’est à peine si les Kinois ont fait cas de la Fête de la musique. Cette année, l’on était loin des grandes célébrations populaires d’autrefois sponsorisées par les grandes brasseries Bracongo et Bralima. Pas de stars à l’affiche non plus pour un quelconque concert livré à un endroit ou un autre de la capitale. Les « Fans zone » installés un peu partout pour la circonstance ont volé la vedette à tous les lieux habituels de concerts. Ils ont accueilli du monde le 21 juin, à l’instar de celui de Coca –Cola qui occupe la Place des artistes au célèbre rond-point Victoire ou encore celui du rond-point Huileries où l’indication Fan Zone est repris sur l’autocollant aux couleurs du mondial placardé sur l’enclos en triplex. Les habituelles terrasses et autres bars de la ville qui d’ordinaire diffusent sur petit écran ou écran géant, c’est selon, les compétitions de foot, notamment la Ligue des champions européenne, n’étaient pas en reste. Depuis le début du Mondial, le 14 juin, ces lieux affichent presque tous complets en soirée.

Il semble que seul l’Institut français de Kinshasa a fait l’exception. En effet, son association avec Baziks Entertainment pour la Fête de la musique, organisée en écho à la soirée Baziks Live Session tenue en début d’année, a porté de bons fruits. Les nombreuses prestations d’artistes ont récolté leur succès. Cerise sur le gâteau, les différents concerts précédés de workshops et des rencontres sur la thématique de l’industrie musicale au Congo ont accueilli un public très enthousiaste. La programmation musicale qui était en grande partie dans la tendance musique urbaine, entre rap et slam, était vraisemblablement au goût des mélomanes qui n’ont pas voulu faire l’impasse sur ce moment le préférant au Mondial.

Un moment inoubliable

Plus que ravi d’avoir réussi son coup, le promoteur de Baziks Entertainment n’a pu s’empêcher d’adresser « de vifs remerciements aux artistes et au public chaleureux pour s’être prêtés au jeu et avoir fait le déplacement pour célébrer la musique, le 21 juin, à la Halle de la Gombe ». En effet, Baya Ciamala, alias Narsix, savait que ce n’était pas donné d’avance de les voir affluer avec l’événement du moment qui a fait changer d’avis plusieurs opérateur culturels. La soirée de la Fête de la musique à la Halle de la Gombe

L’ambiance de la fête de la musique à Kinshasa n’a vraiment été ressentie qu’à la Halle de la Gombe. Plusieurs mélomanes l’ont vécu comme « un moment inoubliable ». La réussite de la soirée, a commenté un mélomane su Facebook, a été attribuée notamment à « la participation de plusieurs artistes hors pair tels que Magnéto, Denzel L, le groupe vocal Knphonik, Collectif Elongo ». Et d’ajouter avec un réel enthousiasme : « L’événement mérite de figurer dans les annales de l’histoire de la musique ». Ce que « Monsieur Baziks » renchérit de la sorte : « L’activité nous a surtout démontré qu’il existe bel et bien un public derrière les artistes émergents ». La preuve a été précisément donnée avec la jeune Jenovic Sivi, déjà présente sur Trace TV, qui a tout particulièrement électrisé le public.

Des Kinois suivant le Mondial la soirée de la Fête de la musique (Photo Adiac)Baya Ciamala a vécu l’événement du 21 juin à la Halle de la Gombe comme un coup d’essai transformé en coup de maître. Il a commencé en journée et duré jusqu’au-delà de 23h comme prévu au programme. Il est venu le conforter dans ses projets. «  Nous avons toujours voulu lancer nos activités évènementielles pour rapprocher l’application Baziks du public et surtout mettre en avant les artistes », a-t-il expliqué au Courrier de Kinshasa. Il relève avec grand enthousiasme que son partenariat avec la Halle de la Gombe a été porteur, affirmant que « cela a été possible grâce au soutien de l’Institut français de Kinshasa ». Pour le jeune entrepreneur, il n’y a point de doute « les résultats enregistrés sont plutôt positifs ». Lancé et ragaillardi par la célébration de Fête de la musique, il appelle de tous ses vœux maintenant « une collaboration entre le monde économique et culturel pour miser dessus ». Baya Ciamala tient pour une certitude qu’il y a « une carte à jouer et ça peut devenir un vrai modèle d’affaires. Et cette collaboration va permettre de donner un plus grand rayon d’expression aux artistes car, le marché local de la musique connaît un foisonnement important tant du point de vue artistique que du côté consommateur ».

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Le podium de la Fête de la musique en journée, à la Halle de la Gombe

Photo 2 : La soirée de la Fête de la musique à la Halle de la Gombe

Photo 3 : Des Kinois suivant le Mondial, la soirée de la Fête de la musique (Photo Adiac)

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire