Festival Rumba parade : le CD de la quatrième édition déjà disponible

0

Le lot des deux mille exemplaires de l’album qui n’est pas à vendre, réalisé par le studio Sabab sous la houlette du pôle Eunic-RDC, comprend huit titres enregistrés en live lors des concerts livrés du 14 au 16 décembre 2017.

La production d’un CD de la quatrième édition du Festival Rumba parade, aux dires du directeur artistique Brain Tshibanda, a été faite avec le concours des groupes participants. Tenus de proposer chacun un morceau de leur choix pour en constituer le répertoire, ils ont accepté la proposition de l’organisation qui, à son tour, a tenu parole. Le CD produit est en distribution depuis quelques jours et comporte huit morceaux des groupes prestataires. Les deux invités étrangers, à savoir Zao du Congo-Brazzaville et MM Yetu d’Angola, sont en tête de liste dans « Adam & Eve » et « Tabalissimo« .

Pour le compte de Kinshasa, il y a Petit Wendo, Lipopo Music, Ferre Gola, Jean Goubald et Bakolo Music international. Invité à l’événement depuis Lubumbashi, le groupe Francesco et Manus y a placé « Bayeke« , tube de feu Jean Bosco Mwenda. Ainsi donc, les compositions personnelles de certains se mêlent à des interprétations ou adaptations jouées sur le podium en décembre. « Le CD est une version live du Festival Rumba parade car des captations ont été faites lors des concerts par un partenaire, en l’occurrence Zola Tempo. Il a capturé tous les morceaux choisis et réalisé ensuite un nettoyage dans son studio. Le travail définitif a été fait en France », a dit Brain Tshibanda au « Courrier de Kinshasa ».

L’album estampillé Festival Rumba parade 4e édition n’est pas à vendre, il est distribué gratuitement, a averti le directeur atistique. Financés par la délégation de l’Union européenne, les deux mille exemplaires produits ont pour premiers destinataires les musiciens des différents groupes précités, les membres du pôle Eunic, co-organisateurs du festival et la population, notamment les officiels congolais, les diplomates, les artistes et les journalistes.

Pour la cinquième édition, des innovations sont envisagées. Il s’agit précisément du déroulement de l’événement  qui se passera désormais en deux temps. « Les dates sont déjà connues, d’abord à Kinshasa, du 13 au 15 septembre, puis à Lubumbashi, du 5 au 7 octobre », a signalé Brain Tshibanda. « En 2019, ce sera pareil sauf que nous passerons du Haut-Katanga à une autre province du pays. Il y aura également production de CD. Par ailleurs, tous les textes des travaux scientifiques seront repris dans un ouvrage », a-t-il ajouté.  Si la quatrième édition Rumba parade a ouvert ses portes au Congo-Brazzaville et à l’Angola, cette année, le festival va élargir son horizon avec un clin d’œil à Cuba. « Probablement, si les moyens le permettent, nous ferons venir un artiste d’Allemagne, un Congolais qui a immigré depuis quelques années et va revenir au pays avec une autre approche de la rumba », a renchéri le directeur technique du Festival Rumba parade.

Pérenniser la rumba

Pour Brain Tshibanda, le bilan du festival est assez positif. « Dès l’entame de ce festival, l’idée était de mettre en valeur les anciens. Nous pensions évidemment à Jeannot Bombenga, Lutumba, Guvano, ces vieux artistes qui se maintiennent encore sur scène », a-t-il indiqué Il s’est réjoui, d’ailleurs, d’avoir réussi ce pari  car aujourd’hui, cinq ans plus tard, Lutumba n’est plus actif. « Heureusement que nous l’avions eu à ce moment-là pour prester. Jeannot Bombenga et Guvano, qui est encore assez jeune comparé à ses deux aînés, n’ont pas encore quitté le devant de la scène », a-t-il dit, très ravi.

Pour Rumba parade, il s’agit là de la première catégorie des acteurs vivants de la rumba congolaise. Brain Tshibanda a renchéri à ce propos : « Dans la deuxième, nous mettons notamment JB Mpiana, Werrason, Koffi Olomide, Karmapa et Wazekwa. Et, il y a une troisième où se retrouvent les plus jeunes qui sont une sorte de tremplin. Ce sont eux la relève qui va assurer la pérennité de la rumba. Nous avons pris comme groupes pilotes Petit Wendo et Pamoja. Ils récupèrent les morceaux des années 1940 à 1960, les travaillent et les interprètent. Vu qu’ils ne sont pas encore en mesure de faire des compositions personnelles, ils s’arrêtent aux interprétations et adaptations. Du reste, nous avions à l’idée de faire en sorte qu’ils commencent d’abord par s’imprégner de la rumba, comprendre ce que c’est, ses origines, ses bases et fondements. Ce qui pourra les outiller pour qu’ils cheminent à leur tour dans cette voie ».

Telle est la stratégie mise en place par les organisateurs du festival pour pérenniser la rumba. Par ailleurs, ils ne cachent pas leur satisfaction d’avoir sorti en sus un opus au bout de quatre éditions.

Néanmoins, le festival a souvent été critiqué pour avoir établi ses quartiers à la Gombe. À ce sujet, Brain Tshibanda explique qu’au départ, la priorité était d’asseoir l’événement avant de sortir du cadre habituel.« Nous pensions déjà, depuis la troisième édition, qu’il devienne vraiment populaire en sortant de la commune de la Gombe. Nous avions prévu une soirée à Limete, qui est déjà proche de la grande cité, pour la quatrième édition, mais nous n’avons pas pu la réaliser pour des raisons sécuritaires. C’est, d’ailleurs, à la dernière minute que nous l’avions ramenée à la Gombe », s’est-il justifié.

C’est donc promis, la cinquième édition va sortir de la Gombe. Pour Lubumbashi, aucun problème ne se pose. « Ce sera dans un cadre populaire et en plein air », a assuré Brain Tshibanda.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire