Fécofoot : la subvention des clubs serait- elle en bonne voie ?

0

La question sur le financement du championnat national d’élite direct Ligue 1 a été évoquée lors de la dernière rencontre entre le ministre des Sports et de l’éducation physique et les dirigeants de la Fédération congolaise de football (Fécofoot).

A l’issue de cette séance de travail, Léon Alfred Opimbat, évoquant la phase retour du championnat national d’élite direct Ligue 1, a indiqué que les 350 millions inscrits au budget de la direction générale des sports pourraient intégralement être utilisés à cette fin. Il a révélé qu’ il restait l’épineux problème du décaissement. « Reste qu’il faut réussir à décaisser ces fonds », a souligné le ministre des Sports et de l’éducation physique.

Il a demandé au directeur général des sports de mettre à la disposition de la Fécofoot des références des mandats émis aux 1er et 2e trimestres pour le paiement.  Depuis plus de deux ans, les clubs n’ont plus bénéficié des avantages de la subvention promise par le président de la République dans le but de rehausser leur niveau technique.  Abandonnés à eux-mêmes, ils sont obligés de se plier aux exigences de la Fécofoot pour que le ballon roule dans les différents stades du pays.

Lors des deux premières saisons de la mise en application de cette mesure, en effet,  le championnat s’était même arrêté après la phase aller. Les clubs qui avaient perdu patience d’attendre les versements des deux derniers trimestres avaient  décidé d’abréger les saisons 2013-2014 et 2014-2015.  

Pour contourner la difficulté d’organiser sans sponsor, la Fécofoot avait demandé aux présidents des clubs d’accepter d’énormes sacrifices qui leur ont été imposés dans le cahier de charges. La Fécofoot assurait, quant à elle,  le transport des équipes dans les différents stades de l’intérieur du pays. N’eût été cette bonne collaboration, il n’y aura jamais eu de championnat.   

La subvention de l’Etat, bien qu’étant un geste symbolique, devrait soulager tant soit peu les dirigeants qui investissent leur argent pour le développement du football national.  

Une fois essoufflée, les clubs subissent les conséquences. Il est aujourd’hui inconcevable de voir une équipe comme celle des Diables noirs basée pourtant à Brazzaville prenne un forfait au stade Alphonse Massamba-Débat tout comme Patronage Sainte-Anne.  Si  la subvention passait régulièrement, les équipes allaient éviter ce genre de cas. Ces deux  exemples relancent le débat de  la  réorganisation des clubs et de leur manque d’efficacité dans les compétitions internationales . Le manque d’une véritable politique de sponsoring, rappelons-le,  est aussi l’une des causes de l’élimination prématurée des clubs congolais en compétitions de la Confédération africaine de football

Outre l’aspect lié à la subvention, l’homologation des stades construits à la faveur de la municipalisation accélérée a été aussi évoquée. « Un rapprochement DGS-Fécofoot a été requis, en vue de faire aboutir cette question », a-t-on lu dans le communiqué final. A ce jour, les stades de Madingou, Djambala, Sibiti, Ewo et Ouesso attendent toujours d’être homologués dans le but d’abriter un jour des rencontres internationales. Affaire à suivre.

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire