Expulsions de Congolais: l’Angola s’explique sur l’opération «Transparence»

0

L’Angola a expulsé 417 000 étrangers, depuis le début du mois d’octobre, dans le cadre de l’opération « Transparence », selon le chiffre officiel avancé par les autorités angolaises.

La plupart d’entre eux sont des Congolais. Les organisations humanitaires font état de 350 000 personnes qui sont ainsi rentrées en République démocratique du Congo. Elles se plaignent de la violence avec laquelle elles ont dû quitter l’Angola. Une violence démentie par le porte-parole de l’opération, le commissaire Antonio Bernardo.

Le gouvernement angolais a pris la décision de procéder à des expulsions massives de reconduite à la frontière de milliers d’étrangers travaillant dans les mines de diamant angolaises. Des milliers de Congolais en font partie. Pour certains, ils étaient installés en Angola, depuis des années et se plaignent de mauvais traitements au moment de leur renvoi à la frontière.

Joint par RFI, le commissaire Antonio Bernardo, porte-parole de l’opération « Transparence », dément cette information.

« Il n’y a pas eu de mauvais traitements. S’il y en a eu, il faudrait qu’on nous montre des preuves. A ce jour, personne n’est venu se plaindre. Si quelqu’un le fait, nous sommes ouverts », a-t-il déclaré.

« Ce que nous sommes en train de faire (aussi bien nous, que les autorités de République démocratique du Congo), c’est de recenser les personnes qui partent volontairement. Nous ne poussons personne vers la frontière », a-t-il tenu à souligner, avant d’ajouter que cette opération d’expulsion continue.

« Elle va durer jusqu’à ce que les autorités estiment que nous sommes de retour à la normalité institutionnelle parce que nous étions en train de vivre une situation anormale, d’invasion silencieuse qui mettait en danger notre souveraineté, notre sécurité nationale. Car en effet, en plus d’appauvrir notre économie, ces étrangers commettaient des crimes. Il fallait mettre fin à cela, à savoir des crimes économiques, des crimes contre les personnes, des crimes contre l’environnement, des crimes de toute sorte et qui mettent en cause notre souveraineté », a indiqué Antonio Bernardo, porte-parole de l’opération « Transparence ».

Au poste-frontière de Kamako, les expulsés congolais sont livrés à eux-mêmes, démunis. Au moins 23 d’entre eux sont morts, depuis le 1er octobre, de faim ou de maladie.

La société civile du Kasaï oriental réclame l’intervention de l’armée dans une région déjà sinistrée par les violences du groupe armé Kamuina Nsapu.

L’aide humanitaire se met progressivement en place. Ce samedi 10 novembre, le Comité international de la Croix-Rouge commence à distribuer de l’argent pour aider 9 000 familles de la zone frontalière.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire