Examens d’Etat: les candidats détenus à la Maison d’arrêt de Brazzaville prêts à affronter les épreuves

0

Les quarante-neuf candidats au baccalauréat dont trente-sept de la série A et douze de la série D, ainsi que les trente-quatre autres au Brevet d’études du premier cycle (BEPC) se sont déclarés aptes, le 11 juin, à participer aux différents examens.

Les candidats incarcérés à la Maison d’arrêt de Brazzaville se sont exprimés lors d’une visite du directeur général de l’administration pénitentiaire, le colonel Jean-Blaise Komo. « Nous avons bénéficié d’un enseignement de qualité qui nous permet de passer des examens sans crainte. Nous vous demandons de compter sur nous, car nous réaliserons un exploit au bac et au BEPC cette année », ont-ils assuré.

En effet, le directeur général de l’administration pénitentiaire est allé délivrer aux différents candidats un message de soutien du gouvernement et leur remettre des kits, notamment des boîtes mathématicales, des calculatrices et des tenues de sport pour les épreuves pratiques d’éducation physique et sportive. « Lorsqu’on est détenu à la maison d’arrêt, on a toujours pensé qu’on n’est plus citoyen, on pense qu’on est diminué. Je suis venu leur dire qu’ils sont citoyens à part entière », a rappelé Jean-Blaise Komo. «Vous n’êtes pas des candidats sans valeur. Le ministre de la Justice vous demande d’être des candidats exemplaires », a-t-il encouragé.

S’adressant aux candidats qui passeront les épreuves du Certificat d’études primaires élémentaires, il leur a demandé de tenir bon, car ils avaient l’obligation de sortir de la maison d’arrêt avec leur diplôme pour ceux qui ont un séjour court et tous les autres diplômes nécessaires pour des détenus qui y séjourneront longtemps. « Beaucoup de gens ont obtenu des diplômes dans les maisons d’arrêt, nous avons aujourd’hui beaucoup d’enseignants qui y ont séjourné. Ne prenez pas votre séjour comme étant de l’enfer, vous avez posé quelques actes qui vous ont conduit ici pour vous éduquer, pour vous encadrer. Notre pays a besoin de tous ses enfants, vous y compris. Votre statut ne vous met pas à l’écart du programme du gouvernement », a-t-il insisté.

Le colonel Jean-Blaise Komo a, par ailleurs, relayé le message du ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation qui a sillonné tous les départements du pays. C’est ainsi qu’il a martelé qu’il ne fera jamais de quartier pour ceux qui vont tricher et qui pensent qu’il y a des gens qui vont mettre à leur disposition des matières. « Nous ne le permettrons jamais et nous ne serons pas comptables de votre comportement en matière de fuite et de fraude. Il n’est pas permis à un détenu candidat au baccalauréat ou au BEPC de tricher, cela ne sera qu’une circonstance aggravante », a-t-il mis en garde.

Légendes et crédits photo : 

Le colonel Jean-Blaise Komo remettant des kits à un échantillon de candidats détenus /Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire