Événement : Antonin Idriss Bossoto décortique le concept « fake news »

0

La quatrième édition des universités du numérique qui s’est tenue le 4 mai, dans la salle de conférence de l’Institut français du Congo, a été une l’occasion pour les experts et les passionnés des technologies de l’information et de la communication d’échanger sur plusieurs thématiques, entre autres, les «  fake news » ou le nouveau visage de la désinformation.

Le thème sur les «  fake news » a été exposé par Antonin Idriis Bossoto, docteur et enseignant-chercheur à l’Université Marien-Ngouabi et a permis au public venu prendre part à ces assises de comprendre ce qu’est la désinformation à l’ère du web 2.0. À cet effet, l’orateur a tenu à souligner d’abord que la désinformation n’est pas un phénomène découlant des usages d’internet, « c’est une pratique politico- médiatique qui remonte au début du siècle dernier. La désinformation consiste à propager délibérément des informations fausses pour influencer une opinion et affaiblir un adversaire. Il s’agit de la manipulation de l’opinion publique à des fins politiques, militaires ou économiques ».

Après avoir fait l’historique de ce concept, Antonin Idriss Bossoto a relevé que le terme « fake News » a fait son apparition lors de la présidentielle américaine de 2016, tout en insistant qu’il a été popularisé par Donald Trump, l’actuel président des Etats-Unis, pour caractériser les informations mensongères colportées par ce qu’il a qualifié de « médias malhonnêtes ». Par ailleurs, l’orateur a indiqué qu’avec l’avènement des réseaux sociaux, les “ fake news” ont atteint en quelque sorte leur « paroxysme », les médias traditionnels ayant perdu le monopole de l’information vis-à-vis du public. D’après lui, le succès et la diffusion des fake news sont dus au caractère hypermédia du web.

Toutefois, Antonin Idriss Bossoto a noté qu’internet a créé une rupture dans la logique communicationnelle définissant les médias de masse, en permettant aux utilisateurs d’interagir sur l’information, de communiquer et de toucher une cible très large. Il se manifeste par la démocratisation de l’accès aux informations en tous lieux, en tous temps et à partir de n’importe quel terminal connecté.

Concluant son exposé, l’orateur a recommandé à son auditoire quelques pistes pour veiller aux informations diffusées selon le contexte de la République du Congo. Il s’agit de la mise en place d’une politique d’éducation aux médias ; la formation au Factchecking ; l’amélioration de la qualité de l’info diffusée sur les médias traditionnels ; le recours au Decodex, plate-forme de vérification de l’information lancée par le journal « Le Monde » solutions.

 

Légendes et crédits photo : 

Antonin Idriss Bossoto

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire