ESU-UPC-Scandale : Mabi Mulumba démissionne de l’UPC pour ne pas cautionner les « graves irrégularités » de la thèse de Matata

0

Voilà un scandale dont se serait bien passé le tout nouveau docteur en économie, Augustin Matata Ponyo, ancien premier ministre de la RDC.

Le processus de présentation de sa thèse a été émaillé de « graves irrégularités », accuse, dans une lettre parvenue à 7SUR7.CD, le professeur Evariste Mabi Mulumba, Directeur de l’Ecole Doctorale de la Faculté des Sciences Économiques de l’Université Protestante au Congo (FASE).

Tirant les conséquences des irrégularités dénoncées, le sénateur Mabi a démissionné de l’école Doctorale de la FASE.

Selon le professeur Mabi, le processus ayant conduit à la thèse de Matata a violé l’arrêté ministériel du 22/12/2015 portant normes d’opérationnalisation des Enseignements du 3ème cycle dans les Établissements d’Enseignements supérieur et universitaire en RDC.

Il s’agit notamment de :

1. La durée conduisant à l’obtention du diplôme de doctorat après l’obtention d’un diplôme d’études approfondies (DEA).
Il faut au moins 3 ans et 5 ans maximum après le DEA pour défendre une thèse doctorale. Or le DEA de Matata a été obtenu en janvier 2016 à l’Université de Kinshasa.

2. La composition du jury qui pose problème.
Au lieu d’un membre issu du Comité d’encadrement, le jury en comptait 3: les professeurs Mpereboye Mpere, Kalala Tshimpaka et Chicot Eboue, relève E. Mabi.
Autre irrégularité dans la composition du jury, la présence de deux professeurs associés alors que seuls les professeurs ordinaires ou Émérites peuvent valablement siéger. Kabamba Ntenta et Kalala Tshimpaka, professeurs associés, faisaient partie du jury Matata, fait observer le sénateur.

3. Du non-respect du Règlement académique.

Le règlement de l’UPC n’a pas été respecté car la proposition de composition du jury de thèse a été faite à la seule initiative du Doyen de la FASE.
Ni l’École Doctorale ni le Conseil de Faculté n’ont été associés, déplore E. Mabi.

C’est la mort dans l’âme que Mabi Mulumba dit avoir pris la grave décision de démissionner.
Il l’a fait pour la crédibilité de l’UPC, conclut-il.

Seule consolation pour Matata Ponyo, Mabi ne s’est attaqué qu’à la forme et non au fond de sa thèse.
Qu’à cela ne tienne le mal est fait d’autant plus que Mabi est un professeur extrêmement respecté pour sa rectitude.

Pour rappel, c’est le 3 février 2018 que Matata Ponyo avait défendu sa dissertation doctorale :  » Qualité de l’ajustement budgétaire et croissance économique : le cas de la RDC (1974-2015).

Il avait obtenu la plus haute distinction.

Source : 7sur7.cd

Laisser un commentaire