Erevan : la RDC a tenu un stand au village de la Francophonie

0

L’espace a accueilli quotidiennement, du 7 au 12 octobre dans la capitale arménienne, de  nombreux visiteurs et de hautes personnalités du monde.

Le stand de la République démocratique du Congo (RDC), ouvert en marge du 17e sommet de la Francophonie, a été une véritable vitrine pour le pays, le faisant découvrir dans ses différentes facettes. Au travers des documents audiovisuels et écrits, les visiteurs ont pu réaliser que la RDC était un pays à multiples potentialités, notamment énergétiques, minières et environnementales. Certains documents fournis par l’Agence nationale de promotion des investissements ont également relévé que le pays était une destination d’affaires dans le domaine d’investissement. Aussi les richesses minières ont-elles été mises en exergue, avec l’exposition de quelques minerais alors que la RDC a également été présentée comme pays touristique, à travers les cartes des aires protégées fournies par l’Institut congolais de conservation de la nature. Des expositions des œuvres d’art et de la musique ont, quant à elles, permis de faire découvrir le savoir-faire culturel congolais.

Un pays qui confirme sa notoriété

La RDC était un pays inconnu par la majorité d’Arméniens. Aujourd’hui, à travers le stand tenu au village de la Francophonie, nombreux d’entre eux savent désormais situer ce grand pays francophone sur la carte du monde. En plus de sa monnaie nationale connue grâce aux spécimens exposés, les visiteurs peuvent dorénavant, sans peur d’être contredits,  reconnaître le drapeau national de la RDC, énumérer ses différentes richesses et dire le bonjour en lingala.

Cette activité a été initiée par la représentante personnelle du chef de l’État congolais à la Francophonie. Pour Isabel Tshombe, « il était important que la RDC, grand pays francophone, ait une lucarne  au village de la Francophonie, pour faire entendre encore plus fort sa voix ». Elle l’a déjà fait entendre dans les instances de cette organisation, a-t-elle affirmé, insistant cependant que la RDC doit continuer à prouver qu’elle  est  bien ce grand pays francophone.

Après six jours d’activités, le village de la Francophonie d’Erevan a fermé ses portes le 12 octobre, le jour même de la clôture du 17e sommet de cette organisation.

Notons que le 13e  sommet de la Francophonie, tenu en 2010 à Montreux, en Suisse, avait inauguré le principe d’organiser un village de la Francophonie comme grande activité connexe du sommet. Ce village est un espace ouvert, attractif, de découvertes et d’échanges pour la population locale mais aussi pour les délégués au sommet. De Montreux, en Suisse, à Antananarivo, à Madagascar, la RDC a toujours participé au village de la Francophonie avec un stand. La tradition a donc été respectée en marge du 17e sommet de la Francophonie à  Erevan. Cette présence, pense-t-on, rassure, sans nul doute, et peut amener des investisseurs et autres touristes dans le pays.

Parmi les visiteurs de marque et des hautes personnalités vus au stand de la RDC, on peut notamment citer le secrétaire général de la Conférence de ministres francophones de la jeunesse et son collègue de la Conférence de ministres francophones de l’éducation. Le ministre congolais de la Coopération au développement, Kwet mwan Kwet, ainsi que la représentante personnelle du chef de l’État, Isabel Machik Tshombe, ont aussi visité ce stand.

Légendes et crédits photo : 

Des visiteurs au stand de la RDC au village de la Francophonie à Erevan

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire