Enjeux politiques : une plate-forme électorale en gestation autour de Bruno Tshibala

0

Dans les milieux proches du Premier ministre, l’on annonce la sortie officielle imminente d’un regroupement politique en sa faveur dont l’objectif est d’affronter le seuil retenu dans la loi électorale.

Les Congolais sont appelés à se familiariser avec un nouveau sigle dans leur environnement politique, à savoir A 13 (Alliance de treize partis), une nouvelle plate-forme électorale bâtie autour de la personne de Bruno Tshibala. C’est Roger Lumbala, président du RCD/N et proche de l’actuel Premier ministre qui a donné l’information, le 4 avril à Kinshasa, à l’occasion d’un point de presse. Cette structure vient ainsi élargir le cercle des regroupements politiques à la veille de la convocation du corps électoral.

Composé de treize partis politiques alliés cristallisés autour de l’UDPS/Tshibala qui passe pour le parti phare de la plate-forme, l’objectif visé est d’affronter le seuil retenu dans la loi électorale. À l’instar d’autres partis qui font chorus sur ce qu’ils considèrent d’ores et déjà comme un idéal commun, A13 entend maximiser ses chances pour prétendre avoir droit de cité dans la nouvelle donne politique qui  découlera forcément des élections de décembre. D’après Roger Lumbala, Bruno Tshibala procédera incessamment au lancement qui se veut événementiel de cette plate-forme.  

En attendant, la guerre autour du label de l’UDPS ne fait que se corser. Bien que les trois tendances de ce parti aient été prises en compte sur la liste desformations politiques opérant en RDC déposée récemment à la Céni, la bataille juridique, elle, ne faiblit pas entre l’UDPS/Tshibala et l’UDPS/Limete. Alors que le dossier judiciaire relatif à la plainte du président délégué de l’UDPS/Tshibala contre le secrétaire général de l’UDPS/Limete, Jean Marc Kabund, est encore pendant, c’est au tour de ce dernier d’ester en justice contre son accusateur.

Dans sa requête, Kabund accuse Tharcisse Loseke de faux en écriture et usage de faux tout en sollicitant l’annulation des actes notariés au Tribunal de paix de Kinshasa-Matete, en décembre 2017, qui entérinent les conclusions du congrès convoqué par Bruno Tshibala, plébiscité président de l’UDPS en remplacement d’Étienne Tshisekedi. Les mêmes griefs sont également exploités par le camp Tshibala contre le congrès convoqué par Jean Marc Kabund et l’utilisation du label UDPS par ce dernier. La décision des juges est attendue en principe cette semaine.

Légendes et crédits photo : 

Roger Lumbala lors du point de presse

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire