En RDC, le mouvement du Centre souhaite un nouveau compromis politique

0

En République démocratique du Congo, Le Centre, une nouvelle plateforme politique d’une cinquantaine de partis et organisations de la société civile, qui se définit comme « ni de la majorité présidentielle, ni de l’opposition », a vu le jour récemment.

Après un conclave qui a duré deux jours à Kinshasa, Le Centre se dit conscient que les élections ne pourront pas avoir lieu avant le 31 décembre comme prévu. Ce regroupement propose aujourd’hui à la classe politique congolaise « une feuille de route » pour une sortie de crise « consensuelle » en RDC.

Il prévoit dans un premier temps une série de mesures visant à ramener la confiance entre la majorité, l’opposition et le Centre, avant une grande « table ronde » qui doit dégager un consensus sur l’organisation d’élections générales crédibles. Et le Centre a déjà dans ses tuyaux une proposition de compromis.

« Pour le Centre, l’accord de la Saint-Sylvestre a montré ses limites. Nous saluons le travail qu’ont fait les évêques. Ils ne sont pas en cause. Mais l’accord en soi a montré ses limites. Il faut le dire. Donc il faut relancer le compromis politique. Pour nous, nous disons, nous voulons respecter la Constitution et qu’on demande au respect de la Constitution. Les institutions électives, le président de la République, les assemblées commerciales, le Parlement resteront en fonction.

Mais le gouvernement devra être dirigé par une personnalité issue d’une autre famille politique que celle du président de la République. Et il y aura un compromis politique sur la question des élections. Nous devons arrêter la posture des chiffres et des dates. Nous devons évacuer les préalables et les contraintes pour avoir un chronogramme et un calendrier clair, net et qui ne changera pas », estime son porte-parole, Joseph Bangakya.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire