Elections : Willy Mishiki exige avant tout un véritable dialogue !

0

Le Président de I’Union Nationale des Nationalistes, UNANA, en sigle, Prince Willy Mishiki, est monté au créneau lundi 11 septembre 2017, devant ses militants et une poignée de journalistes, lors d’une matinée politique qu’il a animée dans la commune de Kimbanseke, route Mokali, précisément au Quartier Bikuku, pour exiger la tenue d’un troisième dialogue en République démocratique du Congo afin de vider la crise sociopolitique et économique qui frappe toute l’étendue du territoire national.

Il voit alors très mal que les élections présidentielle et législatives se tiennent à l’horizon 2017 tel que stipulé dans l’accord de la Saint Sylvestre. Ce, dans la mesure où il faudrait, à son avis, que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) arrive à enrôler les deux Kasaï et toute la diaspora congolaise. D’ailleurs, a-t-il renchéri, la CENI, avec à sa tête Corneille Nangaa, étant l’organe technique à qui est dévolu la mission gigantesque d’organiser les scrutins, devrait être entendue par la classe politique congolaise. Il serait, de ce fait, non constructif quant aux politiques de persister à lui prêter les intentions selon lesquelles Nangaa joue le jeu du pouvoir, de surcroît de la Majorité Présidentielle.

Par ailleurs, l’Unana s’insurge contre la position du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au Changement, qui, par la bouche de son Président Felix Tshilombo Tshisekedi, appelle le peuple et d’autres forces anti-Kabila à “l’incivisme”. Loin de faire de leçons aux acteurs réunis au sein de cette méga plateforme, l’ex vice-ministre de l’énergie et ressources hydrauliques invite tous à prendre leur mal en patience. “Il ne faut pas se précipiter avec les élections. Que le Rassop cesse d’attaquer Kabila,  il faut s’attaquer plutôt au système “, dixit Willy Mishiki.

En outre, l’Unana continue sa campagne de paix partout dans le pays. Quelques villes déjà touchées sont: Rutshuru, Béni, Walikale et Butembo.

Avancement du processus électoral

A titre de rappel, le samedi 9 septembre, le Président Joseph Kabila a présidé une réunion interinstitutionnelle pour évaluer le processus électoral en RDC.  Le président de la CENI, Corneille Nangaa Yobeluo  a fait savoir  au président Kabila que la CENI  a déjà identifié et enrôlé près de 42 millions d’électeurs sur financement propre du Gouvernement. Le porte-parole de ladite réunion, Emmanuel Ramazani Shadary, Vice-premier ministre chargé de l’intérieur et sécurité’ a indiqué que l’opération d’identification et d’enrôlement des électeurs a déjà débuté dans les provinces de Kasaï et Kasaï-Central ainsi que dans les deux territoires de Kamiji et Luilu, avec la formation des membres des bureaux d’enrôlement.

La CENI a d’ores déjà rassuré que la première carte d’électeur sera délivrée dans ces régions ce 12 septembre. Malgré ces éléments, la fin 2017 s’annonce tonitruante aussi longtemps que l’opposition dans son aile dure ainsi que le pouvoir en place, la Ceni y inclue, ne seront pas à même de se mettre autour d’une table pour trouver une issue à la crise. Puisque, déjà, à quelques trois mois de l’organisation des scrutins, le pays ne dispose pas d’un calendrier électoral, et les incertitudes persistent  quant aux autres impératifs notamment, celui du financement du processus électoral.

A la lumière de toutes ces zones d’ombre et en vue de permettre au pays d’organiser des élections crédibles, transparentes et apaisées, Prince Willy Mishiki espère que son message sera capté 5/5 afin de prévenir la crise aux conséquences incalculables.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire