Elections législatives et locales : l’OCDH dénonce des irrégularités

0

Dans une interview accordée à Radio France internationale (RFI) le 1er août, 48 heures après la tenue du 2e tour des élections législatives, le directeur exécutif de l’Observation congolaise des droits de l’homme (OCDH), Trésor Nzila, est revenu sur les défaillances constatées, taxant ces élections de « plus sales et malhonnêtes »

Elections législatives et locales : l’OCDH dénonce des irrégularitésSur les antennes de la Radio mondiale, le directeur de l’OCDH a saisi l’occasion pour dénoncer la mauvaise organisation de tout le processus électoral qui, selon lui, est « entaché d’irrégularités »,    et tire la queue dans l’histoire électorale au Congo.

« Le bilan de ces élections est très négatif. Pour l’histoire du pays, je pense qu’il s’agit des élections les plus malhonnêtes et les plus sales. Les conditions de transparence n’étaient pas réunies, ce qui fait que ces élections sont entachées de fraude massive, et se sont déroulées dans les violences », affirmait Trésor Nzila, répondant aux questions du journaliste.

L’activiste et défenseur des droits de l’homme a aussi pointé du doigt les policiers qui, soutient-il, ont perpétrée les actes de violence dans certains endroits, activant ainsi un climat de peur.

« Nous avons aussi observé la violence policière, c’est dommage. Les pouvoirs publics n’ont toujours pas tiré des leçons du passé. Au lieu que nous avancions, nous reculons », a-t-il poursuivi.

Parlant des violences, le directeur exécutif de l’OCDH a fait, sans nul doute, allusion aux heurts qui ont éclaté les jours de vote dans certains bureaux, aussi bien à Brazzaville qu’à l’hinterland.

Au nombre des circonscriptions électorales ayant subi des violences, on retient Kéllé, dans la Cuvette-Ouest, où le scrutin n’a pu se tenir à la date échue, en raison des tensions observées entre les partisans des différents candidats.

La même tension a été observée dans la 1ère circonscription électorale d’Ewo, dans laquelle un candidat a préféré retirer ses délégués en plein vote.

Au 2e tour du scrutin, le vote s’est tenu également sous une haute tension à Ouenzé 2 où la suppléante d’un candidat a été violentée. Même constat à Ouenzé 3, à Poto-Poto 1 et dans certaines localité, du pays.

Légendes et crédits photo : 

Trésor Nzila

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire