Élections en décembre 2017 : la société civile met la pression

0

Un collectif d’une trentaine d’ONG lance du 8 au 21 mai la campagne « J’aime le Congo, j’exige les élections en 2017 »  dont l’objectif est d’exiger les élections dans le respect du délai inclus dans l’accord du 31 décembre.

« J’aime le Congo, j’exige les élections en 2017 », telle est la thématique qui va sous-tendre la campagne lancée ce lundi 8 mai par un collectif d’une trentaine d’ONG déterminées à pousser les décideurs à tenir la promesse d’organiser les élections d’ici décembre 2017 conformément à l’option levée dans l’accord de la Saint-Sylvestre. Du 8 au 21 mai, ces organisations de la société civile entendent mettre la pression sur les autorités politiques en misant sur la participation de la population tous azimuts à cette campagne.

Les congolais sont appelés, durant les quinze jours que va durer la campagne, à arborer les couleurs nationales dans leur tenue vestimentaire pour être en phase avec les organisateurs. « Chaque Congolais, chaque Congolaise qui pense que les élections sont un droit et que nous devons l’exiger, va porter pendant ces deux semaines des insignes aux couleurs du drapeau national (…). Cela peut être une écharpe, une cravate, une chemise, une robe ou un t-shirt », explique Jean-Claude Katende, président de l’ONG Asadho. Au marché ou encore auprès des marchands ambulants, les congolais sont appelés à se procurer les gadgets et autres babioles aux couleurs nationales mis en vente par le collectif des ONG.    

Il est question, au cours de cette campagne, de faire pression sur la classe politique afin d’obtenir des élections au plus tard fin décembre de l’année en cours conformément au délai inclus dans l’accord du 31 décembre. Expliquant les motivations d’une telle initiative, Jean Claude Katende se veut incisif dans ses propos : « C’est parce que nous constatons que la classe politique ne veut pas aller aux élections, ceux qui sont au pouvoir veulent y rester par d’autres voies que les élections et ceux qui veulent entrer au gouvernement veulent y entrer par d’autres voies que les élections ».

Il est cependant à noter que cette campagne se tient alors que la Céni a débuté l’opération d’enrôlement dans plusieurs autres villes et compte toujours terminer la révision du fichier électoral d’ici fin juillet 2017. Entre-temps, la situation au Kasaï en proie à des violences récurrentes risque d’hypothéquer la suite du processus électoral à cause de l‘insécurité qui y prévaut actuellement. Ce défi sécuritaire pourrait vraisemblablement avoir un impact négatif sur le calendrier électoral et perturber l’enrôlement des électeurs dans les provinces des Kasaï, Kasaï Central et Lomami.

En tout état de cause, le collectif d’une trentaine d’ONG, initiateur de la campagne est déterminé à obtenir l’organisation des élections au mois de décembre prochain. « Nos élections sont en danger, mobilisons-nous pour les sauver », dixit Jean Claude Katende. 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire