Elections en 2019 : « une déclaration de guerre au peuple congolais », selon Félix Tshisekedi

0

Félix Tshisekedi, le président du Rassemblement de l’opposition congolaise (Rassop) et secrétaire général adjoint de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), a réagi à l’annonce de la possible tenue des élections en avril 2019 par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) en affirmant que le président Joseph Kabila et le président de la Commission électorale avaient « déclaré la guerre au peuple congolais », suite à l’annonce faite par la CENI qu’il n’y aurait pas d’élection présidentielle avant 2019.

« Devant cette énième forfaiture, Joseph Kabila et son serviteur Corneille Nangaa ont déclaré la guerre au peuple congolais et se sont de ce fait disqualifiés », a indiqué Félix Tshisekedi, à l’issue d’une réunion de l’opposition à Kinshasa.

Dans sa déclaration, faite ce jeudi 12 octobre à la presse, le président du Rassemblement se dit affligé par les tournures des évènements.

« Je suis affligé de constater que la voie de notre cheminement vers l’alternance démocratique demeure parsemé d’embuches et d’obstacles, à cause de la boulimie du pouvoir d’un seul homme qui ne cesse de multiplier les subterfuges de toute sorte, défiant ainsi tout un peuple », dénonce le président du Rassemblement.

Felix Tshisekedi qualifie les propos du président de la CENI « d’irresponsables ». Il estime que seul l’engagement du peuple congolais et de la communauté internationale va permettre la tenue effective des élections en RDC.

« J’ai appris avec indignation, les propos irresponsables de Corneille Nangaa qui renvoyait la tenue des élections prévues au plus tard le 31 décembre 2017, en 2019. Devant cette nième forfaiture, j’annonce le lancement de la campagne de mobilisation populaire. En même temps, le Rassemblement entreprend des démarches auprès de la communauté internationale à travers l’ONU pour une implication directe dans l’organisation des élections en RDC », lance Félix Tshisekedi.

Pour lui, c’est à ce prix que le peuple Congolais peut « espérer avoir droit à un processus électoral apaisé et crédible, ouvrant la voie à la première alternance démocratique » en RDC.

Une élection présidentielle au mieux en début 2019

Il faudra au moins 504 jours après la fin d’enrôlement pour arriver au jour de scrutin, selon le chef de la CENI, Corneille Nangaa.

« La CENI a besoin réellement de 621 jours mais après compression des jours, la CENI a besoin de 504 jours après la fin d’enrôlement pour arriver au jour de scrutin, » soutient M. Nangaa dans un article posté sur le site internet de la CENI. Ce qui annoncerait une élection présidentielle, au mieux, début 2019.

Joint par VOA Afrique, le president de la CENI, Corneille Nangaa, a refusé de s’exprimer sur le calendrier électoral qui devrait être publié sous peu. Il consulte toujours la société civile et les différents acteurs du processus ou encore la Cenco.

M.Nangaa estime que si les moyens financiers et techniques (notamment des avions gros porteurs) des partenaires sont mis en œuvre, ce délai de 504 jours peut être réduit.

Selon l’accord politique du 31 décembre, la CENI devrait convenir avec le Conseil de suivi de l’accord et le gouvernement pour convenir de la date des élections. Selon cet accord, les élections devaient se tenir avant fin 2017.

Une tripartite est annoncée pour les prochains jours en vue d’évaluer le processus. Mais déjà, le gouvernement et la CENI ont annoncé qu’un calendrier « réaliste » pourra être publié.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire