Élections apaisées: A Matadi, le tandem AR Sesanga-Ewanga insiste sur la mobilisation populaire afin de rendre effective les mesures de décrispation

0

Malgré la publication du calendrier électoral par la CENI, Alternance pour la République (AR), ne relâche pas la pression sur le gouvernement en continuant d’exiger avec fermeté l’application des mesures de décrispation contenues dans l’Accord de la Saint-Sylvestre afin de permettre notamment à Moïse Katumbi de rentrer en RDC pour participer à la compétition électorale prévue en décembre 2018.

C’est ainsi que Delly Sesanga et Jean Bertrand Ewanga se sont rendus samedi 16 décembre à Matadi dans le Kongo Central pour sensibiliser la population sur la nécessité d’avoir une compétition électorale non seulement transparente mais surtout équitable avec la participation de tous les candidats.

Les habitants de l’ex Bas-Congo ont réservé un accueil chaleureux aux président et secrétaire exécutif de AR, selon des témoins sur place.

Les deux députés nationaux ont eu droit à un bain de foule. Une caravane motorisée a sillonné la ville, et tout au long de son parcours la population saluait le cortège avec des drapeaux de l’Envol, du FCR et de Scode, en scandant « Katumbi président».
Le clou de cette matinée politique a été la conférence de presse tenue à la paroisse Notre Dame de la foi.
Conférence au cours de laquelle, le président de l’Envol a insisté sur le lien entre décrispation politique et élections libres et apaisées.
Une compétition électorale ouverte à tous est la seule garantie d’avoir des élections libres, apaisées et crédibles, a déclaré D. Sesanga à la rédaction de 7SUR7.

La mobilisation doit se poursuivre pour que la décrispation soit effective avec les retours de Katumbi et Mbusa Nyamwisi, d’après D. Sesanga.
Autrement, dit-il, il s’agira d’un simulacre d’élection si tous ceux qui veulent y concourir n’y participent pas.

« Tout ce que nous avons obtenu, l’a été grâce à la pression », a déclaré l’élu de Luiza dans le Kasaï pour souligner l’importance de ne pas se démobiliser.

Sesanga a affirmé que le seuil de représentativité de 1%, innovation de la nouvelle loi électorale non encore promulguée, ne fait pas peur à sa plateforme qui est composée des partis qui sont représentés dans toutes les aires géographiques que compte la RDC. Il a cité notamment le RCD-KML de Mbusa Nyamisi, l’UDC de Pierre Pay Pay, le PND de Salomon Idi Eskadela, le FCR de Jean Bertrand Ewanga, le MLP de Frank Diongo, la Scode de Jean-Claude Muyambo et bien entendu son parti l’Envol.
Sur la caution exigée aux candidats, bien que dénonçant son caractère censitaire, Sesanga trouve quelle est surmontable.

Même si AR a présenté un « calendrier alternatif » qui prévoit la présidentielle en juillet 2018, son président estime que s’il n’est pas suivi le plus important est désormais de travailler à ce que l’échéance prévue par la CENI soit cette fois-ci respectée.
Par contre, sur la machine à voter, l’AR s’est montré inflexible. Elle n’en veut pas.

Contrairement à sa tournée avortée dans l’ex Bandundu, à cause de la répression, le voyage de Matadi s’est déroulé sans incident.
« La liberté s’arrache. La liberté de manifester n’est pas un privilège. La rue n’est pas le domaine de la répression mais de la liberté », commente l’artisan de la loi sur les manifestations publiques pour souligner ce changement d’attitude de la police.
Une liberté s’use lorsqu’on n’en fait pas usage, souligne-t-il.
Il a appelé les congolais en général et les habitants de Matadi en particulier à se mobiliser massivement pour faire de la marche du Rassemblement du mardi 19 décembre un succès. Manifestation qui a pour objectif notamment le rejet de la loi électorale et l’appel à la concrétisation rapide des mesures de décrispation.

«N’eut été la pression, la Majorité Présidentielle allait faire un référendum.
N’eut été la pression, la MP repousserait les élections aux calendes grecques, rappelle-t-il.

Zabulon Kafubu

Source : 7sur7.cd

Laisser un commentaire