Election présidentielle : le soutien des professeurs d’universités à Emmanuel Shadary suscite une vive polémique

0

Le corps scientifique de l’université de Kinshasa, ceux venus des provinces et de l’extérieur du pays ont lancé, samedi dernier, un appel au soutien à l’un des leurs, candidat du Front commun pour le Congo (FCC) à la magistrature suprême, non sans susciter une réaction dans la corporation.

Une douche froide. C’est le moins qu’on puisse dire des propos rigides tenus le 8 septembre par le candidat du FCC à l’endroit de ses collègues qui tenaient à lui exprimer leur soutien, en prévision de la présidentielle de décembre. Emmanuel Shadary était convié à l’appel au soutien à sa candidature au cours d’une cérémonie organisée à cet effet. Une manifestation initiée par une poignée des professeurs avec, aux premières loges, Elikya Mbokolo, professeur émérite et retraité des universités françaises.

Dans son intervention, le célèbre animateur de la tranche radiophonique »Mémoire d’un continent » sur Rfi, a considéré le dauphin de Joseph Kabila comme un candidat de la rupture tout en se perdant dans des encensements excessifs mal digérés par le concerné. Ce dernier qui n’a pas manqué, en guise de réaction, d’exprimer sa gêne. « Comme membre du corps scientifique, aujourd’hui candidat à l’élection présidentielle, je suis convaincu une fois de plus, qu’une université porteuse d’espoir doit demeurer sans couleur politique, une université totalement dépolitisée au profit de la science », a lâché Ramazani Shadary devant une assistance essentiellement composée de membres du corps scientifique et universitaire.

Tout en louant l’initiative et agréant la marque de considération dont il a été l’objet de la part du corps professoral, le candidat du FCC à la présidentielle a profité de son auditoire pour recadrer certains détails en rapport avec le fonctionnement de l’université qui est censée être apolitique. Un pic lancé sans doute à certains professeurs dont l’appartenance politique est connue et qui font montre de plus en plus d’un activisme débordant au point de sacrifier l’objet justifiant leur raison d’être à l’université.

Les professeurs partagés entre éthique et gain poltique

Les propos d’Emmanuel Shadary ont jeté un froid glacial dans la salle de l’hôtel Sultani, au grand désenchantement du corps académique et scientifique présent, interpellé dans son for intérieur. Un flot de réactions en sens divers a été enregistré après cette manifestation aux senteurs propagandistes qui a tourné au vinaigre, les auteurs n’ayant visiblement pas atteint leur cible. Sourire en coin, certains professeurs ont fait amende honorable après avoir reconnu leur activisme politique sur le site universitaire. D’autres, et ils sont nombreux, ont stigmatisé le discours de Ramazani Shadary, le trouvant quelque peu déplacé et sans prise réelle sur les réalités sociopolitiques des universités. Les déclarations des uns et des autres étaient, pour ainsi dire, fonction de leur obédience politique.

Très tranchants, les professeurs réputés proches de l’opposition, à l’instar d’André Mbata, ont vite tourné en dérision l’initiative de leurs collègues. « Nous situant dans le cadre de la rationalité scientifique comme producteurs des connaissances intellectuelles et organiques de notre peuple – et non de la médiocratie – notre objectif a toujours été de magnifier les valeurs qui seules élèvent une nation. Il n’a jamais été et ne sera jamais celui d’aduler ou d’exprimer un désir ou une passion éternelle pour un homme », a déclaré le directeur exécutif de l’Institut pour la démocratie, la gouvernance, la paix et le développement en Afrique.

Qualifiant ses collègues à la base de cette action de thuriféraires ou mieux des « tambourinaires du pouvoir » déguisés en universitaires, André Mbata croit avoir assisté là « à une pièce théâtrale merveilleusement jouée par une coterie des artisans de l’inanition de la nation ». Le comble, c’est qu’ils sont beaucoup, dans le milieu universitaire, à penser comme lui.   

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire