Egypte 2019 : l’Algérie en demie, la Côte d’Ivoire broie du noir

0

L’Algérie, qui a éliminé dans la douleur la Côte d’Ivoire au terme d’une séance de tirs aux but épique (1-1, 4-3 t.a.b) jeudi à Suez (Egypte), s’est qualifiée pour les demi-finales de la CAN 2019 et poursuit son parcours de grand favori pour la victoire finale.

Dans un stade de Suez très clairsemé, mais largement acquis à la cause des « Verts » grâce notamment au « pont aérien », l’entame de match fut ivoirienne. Les Eléphants auraient mérité d’ouvrir le score. Mais la sublime frappe enroulée de Max-Alain Gradel a fini sur le poteau (4e), tandis que le centre en retrait dangereux de Jonathan Kodjia n’a pas trouvé preneurs (7e)…

La défense algérienne, en difficulté sur les ailes, a pris l’eau pendant plus d’un quart d’heure. Et les Fennecs ont souffert, jeudi soir, comme jamais durant la compétition.

La délivrance est finalement venue d’un côté : après un bon travail de Bounedjah sur le côté gauche, Bensebaini en a profité pour s’introduire dans la surface et délivré un centre parfait pour Feghouli qui n’a pas manqué l’occasion d’ouvrir le score (1-0, 20e).

Malgré la perte de Youcef Atal sur blessure, remplacé par Mehdi Zeffane, les Fennecs ont pris l’ascendant face aux Eléphants, devenus très nerveux à l’image de Zaha, tout proche de se faire exclure à cause d’un mauvais geste.

Riyad Mahrez avait même la possibilité de faire le break juste avant la mi-temps, sur une perte de balle ivoirienne. Mais il a buté sur un retour in extremis de la défense adverse au moment de conclure (45e).

Si l’entame a été largement ivoirienne, le début de la seconde période s’est déroulé comme dans un rêve pour l’Algérie avec un pénalty, provoqué par Bounedjah. Fauché par le portier adverse, le meileur buteur du championnat qatari a voulu se faire justice lui-même… mais il a tiré sur le haut de la transversale (47e)!

De quoi redonner un coup de boost au moral des Ivoiriens. Sans se montrer particulièrement dangereux, ils ont fini par égaliser sur un contre assasin grâce à Kodjia, qui a parfaitement fixé la défense adverse pour tromper M’Bolhi (1-1, 62e). Le premier but encaissé des Verts dans la compétition.

Pour ne pas avoir de regrets, les joueurs de Djamel Belmadi ont tout fait pour reprendre l’avantage dans la foulée : Belaïli, très juste techniquement, a d’abord mis sur orbite Bounedjah, qui a manqué son duel (65e); Mahrez a ensuite cru marquer en trompant Gbohouo, avant qu’un défenseur ne sauve le ballon in extremis sur la ligne (68e)… 

Dans une fin de match très crispée, où Slimani a remplacé Bounedjah a été remplacé par Slimani au bord des larmes (78e), les prolongations n’ont rien donné malgré une occasion en or manquée par le nouvel entrant. Avant une séance de pénalties gagnante… synonyme de profond soulagement pour Bounedjah !

Les échecs de Bony et Serey Dié, deux vétérans du sacre de 2015, ont anéanti les rêves ivoiriens.

Le sélectionneur ivoirien Ibrahim Kamara, auteur avec son équipe d’un hold-up parfait contre le Mali (1-0) au tour précédent, pourra avoir des regrets. Car en misant sur Wilfried Zaha, seul en pointe au détriment de sa star Nicolas Pépé, laissée sur le banc, son pari a failli être gagnant.

Battus 3-1 en quarts de l’édition 2015 par les Eléphants ivoiriens, les Fennecs avaient laissé la Côté d’Ivoire de Hervé Renard s’envoler vers le titre continental. L’Algérie connaîtra-t-elle le même destin après avoir fait de même quatre ans plus tard ? 

Pour son retour dans le dernier carré, après près d’une décennie de disette, les hommes de Belmadi devront se défaire du Nigeria, dimanche, s’ils veulent poursuivre leur rêve de sacre.

Légendes et crédits photo : 

La joie des Algériens et la déception des Ivoiriens à l’issue de la séance de tirs au buts (Giuseppe CACACE / AFP)

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire