Education : l’Italie souligne la nécessité d’investir dans le capital humain au Congo

0

L’ambassadeur italein à Brazzaville, Stefano De Leo, a réaffirmé l’engagement de son pays d’accompagner les autorités congolaises dans le secteur éducatif lors d’un échange, le 5 avril, avec le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Anatole Collinet Makosso.

L’entretien entre les deux personnalités a, en effet, tourné autour des domaines clés de la mission du diplomate italien en République du Congo. Il s’agit notamment du renforcement des capacités avec un accent particulier sur l’éducation de base, car, a-t-il signifié, il est important d’investir dans le capital humain. « Pour l’Italie, l’éducation est un moyen très important. Nous avons partagé notre vision avec Monsieur le ministre de continuer à travailler, d’avoir la capacité d’offrir l’éducation non seulement à l’élite congolaise mais aussi à l’éducation de base avec tous les moyens que l’Italie peut mettre en place », a expliqué Stefano De Leo à sa sortie d’audience, précisant que son pays était disposé à soutenir l’éducation à tous les niveaux.

Reconnaissant les efforts des autorités congolaises qui ont fait de la formation l’un des axes prioritaires du Plan national de développement 2018-2022, l’ambassadeur d’Italie a entrepris, depuis son arrivée, une série d’échanges avec les deux autres ministres en charge de l’éducation concernant la partie technique. Quant à l’éducation de base, il a souligné qu’il s’agit du fondement d’une croissance de la culture à transmettre aux nouvelles générations du Congo. C’est aussi, a-t-il poursuivi, la capacité d’aborder les défis du futur, précisément l’éducation professionnelle, et la capacité de connaître les langues.

« Nous avons aussi parlé de la culture de la langue italienne. Dans ce domaine, j’ai pris mon engagement de collaborer avec le ministre et son cabinet pour soutenir des initiatives prioritaires en cours, favorables aux nouvelles générations. Nous avons décidé de nous rencontrer très bientôt pour définir ces initiatives ensemble. Je suis très content parce que Monsieur le ministre m’a donné beaucoup d’idées et une particulière indication pour ma mission que nous devons utiliser pour le futur du pays et les générations qui dirigeront le pays », a conclu Stefano De Leo, rappelant que sans une éducation de qualité, il ne sera pas possible d’atteindre tous ces objectifs.

Légendes et crédits photo : 

Anatole Collinet Makosso s’entretenant avec Stefano De Leo/DR

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire