Ecoles privées de l’enseignement supérieur : vingt-deux dossiers d’agrément définitif en examen

0

Le Conseil national de l’enseignement supérieur s’est ouvert, le 4 octobre à Brazzaville, en cinquième session ordinaire, pour statuer sur quarante-cinq demandes soumises par des établissements privés.

La session  réunit les responsables d’associations d’étudiants et celles des parents d’élèves. Elle a pour objectif de réguler le sous-secteur privé de l’enseignement supérieur au Congo afin de l’arrimer aux standards internationaux.

Deux jours durant, les commissaires de ce sous-secteur vont examiner dix dossiers de création, treize d’agrément provisoire et vingt-deux autres d’agrément définitif. 

« Le suivi des établissements privés de l’enseignement supérieur demeure pour le ministère un impératif en vue d’assurer le développement de ce sous-secteur et d’en faire une alternative ainsi qu’un complément de qualité à l’enseignement public », a indiqué le ministre de l’Enseignement supérieur, Bruno Jean- Richard Itoua.

Le ministre a également appelé les commissaires du sous-secteur de l’enseignement supérieur à la collégialité, au respect et aux prescriptions du cadre règlementaire.  

« Travaillez en toute impartialité, objectivité, neutralité et rigueur afin d’atteindre la performance, la qualité, l’équité et l’excellence », a insisté le ministre.

Afin de doter le pays de ressources humaines de qualité, le ministre a martelé à l’endroit des commissaires à l’évaluation des programmes des établissements privés d’enseignement supérieur : « Nous voulons des établissements privés qui brillent par la qualité de leurs formations, enseignements et recherches. Capables de compétir avec les autres meilleurs établissements de la sous-région d’Afrique et du monde ». Bruno Jean-Richard Itoua a, en outre, demandé aux promoteurs de ces écoles de nouer des partenariats d’accréditation internationaux pour promouvoir l’excellence des formations. Ces partenariats, a-t-il dit, donneront la possibilité à ces établissements de promouvoir la mobilité des enseignants, chercheurs et étudiants. « Notre volonté est de voir notre pays retrouver sa place de leader en matière d’enseignement supérieur en Afrique centrale et au-delà », a conclu le ministre, tout en invitant ses collaborateurs à recenser tous les établissements privés d’enseignement supérieur établis dans le pays.  

Légendes et crédits photo : 

Le ministre Bruno Jean Richard Itoua patronnant la cérémonie d’ouverture / Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire