Ecole paramédicale: instauration prochaine du système licence-master-doctorat

0

Le ministre de l’Enseignement technique, professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi, Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint-Eudes a annoncé, le 11 mai à Brazzaville, l’introduction du nouveau système d’enseignement dans la formation des agents de santé en vue d’améliorer leurs prestations sur le terrain.

Le système Licence-master-doctorat (LMD) pourra prochainement être expérimenté à l’Ecole paramédicale et médico-sociale de Brazzaville, a fait savoir le ministre en charge de l’Enseignement professionnel, dans son allocution d’ouverture des journées paramédicales organisées du 11 au 12 mai, à Brazzaville, sur le thème « Formation paramédicale et santé publique ».

Selon Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint-Eudes, le système a des exigences de qualité, de formation et d’excellence. C’est ainsi qu’il fera, dans un premier temps, l’objet d’une mise en œuvre au travers d’une expérience pilote, a-t-il expliqué. Il a noté qu’en 2016, le secteur paramédical comptait 4 225 agents et le déficit se chiffrait à 15 000 agents. Au vu de ce faible effectif, le ministère en charge de l’Enseignement professionnel est obligé de développer actuellement l’offre de formation.

Cette année en cours, a souligné le ministre Fylla, cette formation sera fondée sur la recherche de la qualité des acteurs de santé et des conditions d’amélioration des formations, le capital humain de santé et bien d’autres. 

Pour le président du comité d’organisation des Journées paramédicales du Congo, également directeur de l’Ecole paramédicale et médico-sociale, le Dr Félix Molloumba, l’intérêt de la première édition porte sur la formation en vue de redorer le blason de l’école.

Les journées consistaient également à attirer l’attention des apprenants et des enseignants sur leur mission de prise en charge sanitaire de la population. Elles ont permis aussi d’interpeller la responsabilité du personnel de santé qui a embrassé un métier sacerdotal. « Nous avons constaté qu’actuellement, la formation a pris un coup en perdant ses valeurs. L’école a organisé la première édition afin de revaloriser sa place dans la sous-région dont elle recevait plusieurs apprenants en provenance de la Guinée, la Centrafrique et bien d’autres pays de la sous-région », a rappelé le Dr Félix Molloumba.   

Notons que ces journées paramédicales ont été marquées par des conférences sur plusieurs thèmes dont celui de l’inspecteur Jean Florent Mbanza, à savoir « L’ancrage institutionnel de l’école paramédicale et médico-sociale de Brazzaville ». L’orateur a évoqué les difficultés que rencontre l’établissement, le manque de coordination, de plate-forme de concertation permanente, etc. Il a émis le souhait de la mise en place d’un cadre de concertation permanente qui implique tous les acteurs, notamment les partenaires techniques et financiers, la société civile, etc.

Le système LMD, un message très marquant pour l’école paramédicale 

La mise en place du système LMD est une bonne chose, a souligné l’inspecteur Jean Florent Mbanza, indiquant que l’annonce de ce nouveau système par le ministre constitue un engagement et sa mise en oeuvre devrait être effective. Après, la charge reviendra aux cadres et aux équipes qui seront mises en place pour la concrétisation de cet engagement politique. « En tant qu’un inspecteur à demeure à cette école, je ne ménagerai aucun effort pour appuyer cet élan si jamais ma contribution est sollicitée », a-t-il assuré.   

Pour le chef de classe, assistant sanitaire en santé publique, Max Gildas Yaba, l’initiative est à louer mais ce qui sera certainement difficile, ce sera sans doute sa mise en œuvre à l’école car, selon lui, le système LMD pose d’énormes problèmes à l’Université Marien-Ngouabi. « Je suis optimiste et souhaite que le système soit bien appliqué afin que les apprenants qui s’arrêtaient autrefois aux niveaux A et B décrochent leur diplôme de Licence-master-doctorat », a souhaité Max Gildas Yaba.        

 L’autre temps fort de ces journées a été la signature du livre d’or de l’école par le ministre Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint-Eudes et la  visite des ateliers de démonstration ; des lavages de mains simples et hygiéniques, atelier de signes vitaux ; du port de préservatif et de la diététique. A cet effet, un concours de lavage des mains a été organisé.

Légendes et crédits photo : 

Fylla Saint-Eudes encadré du directeur de cabinet du ministre de la Santé et du directeur de l’école lors de l’allocution d’ouverture (Adiac)

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire