Echauffourées entre Policiers et présumés adeptes de BDM : ce qu’ont vu les témoins

0

Les habitants de la commune de Ngaliema qui ont vécu les échauffourées lundi 7 août entre les jeunes se réclamant du mouvement Bundu Dia Mayala ont raconté à Radio Okapi ce qu’ils ont vécu. Selon un témoin qui a requis l’anonymat, la police a vite été débordée du côté de l’Université Pédagogique Nationale (UPN), dans l’Ouest de Kinshasa.
 
« J’étais au niveau de la station Engen et nous avons remarqué une trentaine des présumés membres de Bundu Dia Mayala (BDM) venir de la Cité verte. Au niveau d’Ecobank, ils ont été stoppés par la Police qui leur demandait de ne plus brandir la banderole sur laquelle ils réclamaient le départ des rwandais de la RDC et du chef de l’Etat Joseph Kabila et de ne plus continuer la marche », raconte le témoin.
 
« Ces jeunes entonnaient des chansons pour demander la libération de la RDC. La population sortait pour observer et certains habitants ont rejoint le mouvement. Les BDM ont demandé à ceux qui ont rejoint le mouvement de remplir de sable leurs poches de leurs pantalons afin de devenir invulnérable et libérer le pays », note celui qui a vécu la situation.
 
Sans évoquer tous les détails, la même source note avoir vu des gestes posés par les manifestants qu’il pense être un rituel mystique.
 
«Nous avons remarqué que l’un des manifestants a fait un signe « mystique » et les policiers ont reculé et ont tourné le dos à ces adeptes du BDM. Au niveau de la station de l’Université, un autre groupe des policiers a empêché ces manifestants de progresser. La Police a alors tiré des balles en caoutchouc et a fait usage du gaz lacrymogène. La population a fui, mais les BDM ont utilisé les coques de noix de palme [Nzika]. Les policiers sont rentrés dans leur véhicule et ils se sont échappés. Ceux qui étaient à pied ont fui à l’intérieur de l’Université et le mouvement a continué sa marche», détaille le témoin.
 
Vous pouvez suivre son témoignage ici :

/sites/default/files/2017-08/blaise_2.mp3
 
D’autres témoins habitant le quartier Pigeon indiquent que ces jeunes ont par la suite emprunté l’avenue Kokolo et prenaient la direction du site qui abritent les émetteurs des stations radios et télévisions émettant à Kinshasa. Mais ils ont été repoussés par des militaires qui ont érigé des barrières depuis plusieurs jours dans ce quartier et filtrent les entrées et les sorties.

Source : radiookapi.net

Laisser un commentaire