Droits de l’homme : A Génève, Marie-Ange Mushobekwa présente le viol comme un crime de sang !

0

Le ministre des Droits Humains, Marie-Ange Mushobekwa qui représente la République Démocratique du Congo aux travaux du Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), à Genève, a été catégorique en ce qui concerne le viol.

Pour elle, son pays considère le viol comme un crime de sang ne pouvant faire l’objet d’amnistie. La ministre congolaise des Droits humains a fait cette déclaration, mardi dernier, lors de l’examen du huitième rapport périodique de la RDC devant le CEDAW.

» Beaucoup d’officiers militaires croupissent aujourd’hui en prison parce qu’ils ont été condamnés pour viol ou pour complicité de viols « , a signifié Marie-Ange Mushobekwa. Malgré cette ferme volonté de lutter contre le viol dans le pays, la Ministre a fait remarquer qu’à cause de la peur, les femmes victimes de viols ne portent pas plainte, notamment suite aux difficultés administratives inhérentes à cette démarche et à la stigmatisation dont elles sont victimes. C’est ce qui fait que les bourreaux de ces femmes circulent toujours librement, a-t-elle indiqué.

Face à cette réalité, Mme Mushobekwa a salué le travail de sensibilisation menée par le Ministère du Genre, enfant et famille afin d’amener les victimes à briser le silence et permettre ainsi de sanctionner les coupables. Surtout que dans les zones en conflits, le viol est utilisé comme arme de guerre. La délégation congolaise à Genève, informe l’Onu info, a admis qu’il faudra beaucoup de temps pour faire entrer dans les esprits que le viol ne doit pas être utilisé comme une arme de guerre.

Bien que la RDC a accepté la création d’un fonds de dédommagement des victimes de la violence et des viols, les moyens manquent pour l’instant pour créer cette structure, a fait aussi savoir la Ministre des Droits Humains.
Au cours de ces travaux initiés par le CEDAW, la RDC a réaffirmé sa détermination à bâtir, avec tous les acteurs, une société sans discrimination, où les hommes et les femmes, les filles et les garçons auront les mêmes chances de participer à son développement.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire