Droit humanitaire : les diplomates africains sensibilisés à la situation des réfugiés

0

Sur initiative du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), les ambassadeurs africains accrédités au Congo ont été conviés, le 9 août, à une journée d’échange sur le droit humanitaire et la protection internationale.

Selon le représentant du HCR, Modeste Cyr Kouamé, la rencontre avait pour objectif de sensibiliser les diplomates à la situation des réfugiés dans le monde en général et en Afrique en particulier, avec des détails en République du Congo.

En outre, il s’agissait de permettre aux uns et aux autres d’enrichir leurs connaissances, tant sur les questions générales de droit international humanitaire que sur les questions techniques liées au fonctionnement du HCR .

« Vu que l’Afrique est le deuxième continent au monde où l’on enregistre le plus grand nombre de réfugiés et de déplacés internes, nous comptons sur vous, pour faire le plaidoyer dans la prévention des crises qui constituent les principales causes de déplacements forcés sur notre continent », a-t-il précisé.

« Depuis le 19 septembre 2016, suite à la crise migratoire sans précédent, il a été décidé à New York, de traiter désormais la question des réfugiés de façon inclusive. La déclaration de New York préconise que pour la gestion de la donne réfugiée, il faut faire intervenir les institutions financières, les pays donateurs, le secteur privé, la société civile, les académiciens, les sportifs, les artistes, les universitaires, les diplomates et toutes les bonnes volontés », a signifié le représentant du HCR dans son discours.

Pour lui, les diplomates sont également bien placés afin d’apporter leur voix dans la prévention des différentes crises. « On s’est rendu compte que tous les réfugiés qui sont dans ces pays africains sont issus des conflits, des persécutions, donc, c’est important que ces diplomates soient imprégnés de la chose afin de pouvoir faire un bon plaidoyer dans leur pays respectif », a-t-il estimé.

Clin d’oeil sur la situation des réfugiés rwandais…

Répondant à la question sur la situation des réfugiés rwandais au Congo, Modeste Cyr Kouamé a fait savoir qu’ils ont commencé à saisir les solutions durables qui leur avaient été proposées, notamment celle du rapatriement volontaire.

C’est en janvier dernier que le gouvernement a mis fin au statut de réfugié pour des ressortissants rwandais vivant au Congo. Il convient de rappeler qu’en 1997, en effet, le Congo avait accueilli environ douze mille réfugiés de nationalité rwandaise, en provenance de la République démocratique du Congo.

Dans la perspective de la mise en œuvre effective de la cessation du statut de réfugié, plusieurs réunions tripartites (Congo-HCR-Rwanda) se sont tenues entre 2013 et 2017. Les options suivantes ont été proposées aux concernés : le rapatriement volontaire ; l’intégration locale et la demande d’exemption à la clause de cessation.

Dans la foulée, le représentant du HCR a remercié le gouvernement congolais pour son appui à cette rencontre et réitéré ses remerciements au peuple congolais pour l’accueil des réfugiés depuis des décennies et à tous les pays africains qui accueillent des milliers de réfugiés.

De son côté, la doyenne du corps diplomatique, Charlotte Fayanga, a salué l’initiative du HCR, estimant: « Une bonne maîtrise de la question générale des réfugiés peut nous servir de courroie de transmission dans le cadre de la prévention des conflits ».

Les chefs de missions diplomatiques du groupe du corps diplomatique africain suivants : Centrafrique, Tchad, Angola, Cameroun, République démocratique du Congo, Sénégal, Afrique du Sud, Namibie, Egypte, Gabon, Rwanda, Algérie, Côte d’Ivoire, Mali, Nigeria, Guinée equatoriale, Mauritanie, Bénin, Guinée, Niger, Soudan ont été conviés à cette rencontre.

Légendes et crédits photo : 

Une vue des diplomates lors de la rencontre / Photo Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire