Draft : Promotion des investissements en RDC: le Directeur général de l’Anapi a exposé devant la Chambre de commerce belgo-congolaise luxembourgeoise

0

Dans le cadre de la promotion des investissements en Rd-Congo, le Directeur général de l’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI), a répondu favorablement le jeudi 16 novembre 2017 à l’invitation à un déjeuner-conférence au Cercle Elaïs, de la Chambre de commerce belgo-congolaise luxembourgeoise (CCBCL).
Cette manifestation a été rehaussée par les présences de l’ambassadeur de la Belgique (Bertrand De Crombrugghe) et du président du Conseil d’administration de l’Anapi (Hugues Ntoto).

Ayant pour thème,  » L’Anapi facilitateur du monde des affaires auprès des autorités politiques de la RDC « , la rencontre ANAPI-CCBCL a été ponctuée par l’exposé d’Anthony Nkinzo, dont l’intervention a porté sur les opportunités d’affaires qu’offre la RDC aux investisseurs tant nationaux qu’internationaux.
Draft : Promotion des investissements en RDC: le Directeur général de l’Anapi a exposé devant la Chambre de commerce belgo-congolaise luxembourgeoise

Mais avant que le Directeur de l’ANAPI ne prenne la parole, Philippe Falesse, président de la CCBCL, a prononcé un petit discours dans lequel il a loué la qualité des liens d’amitiés qui unissent le peuple belge et le peuple congolais.
Des  » liens indéfectibles « , dit-il.
Pour le président de la Chambre de Commerce belgo-congolaise luxembourgeoise, il faut développer les relations d’affaires entre la RDC et la Belgique.
C’est ce à quoi s’emploie la CCBCL, soutient-il.

Selon P. Falesse, qui a loué le partenariat entre l’ANAPI et la FEC (Fédération des entreprises du Congo), la stabilité économique engendre la paix sociale.
Il compte s’appuyer sur l’ANAPI,- « un partenaire fiable » selon ses termes- pour créer de la richesse en promouvant des investissements dans divers domaines.

A la suite de P. Falesse, A. Nkinzo, DG de l’ANAPI, a procédé à la présentation de son Agence et aux avantages que les investisseurs peuvent en tirer.

L’ANAPI a pour mission la promotion des investissements en RDC, affirme l’hôte de la CCBCL. Lesquels permettront la création d’entreprises et partant réduira la pauvreté, argue-t-il.

L’Anapi fournit des conseils aux entreprises en leur donnant des informations utiles, selon Anthony Nkinzo Kamole.
L’Anapi, a dit son DG, accompagne aussi les investisseurs dans toutes leurs démarches administratives.
Cet accompagnement peut intervenir à 3 étapes: avant les investissements, pendant les investissements et après les investissements; démontre A. Nkinzo.

Avant l’investissement, il s’agit notamment de la création d’entreprises en 3 jours avec 120 $ au guichet unique de création d’entreprises (Guce), qui est en train d’être étendu dans toutes les grandes villes.
Draft : Promotion des investissements en RDC: le Directeur général de l’Anapi a exposé devant la Chambre de commerce belgo-congolaise luxembourgeoise

Pendant l’investissement, l’ANAPI facilite notamment:

1. l’obtention des terrains ou des locaux,

2. le raccordement à l’électricité Moyenne Tension, via internet notamment,

3. l’obtention des licences (banques, Télécoms, etc.),

4. l’obtention des avantages fiscaux et douaniers,

5. Accompagnement à l’intérieur du pays et à Kinshasa.

Après l’investissement, l’ANAPI facilite l’obtention des visas, a dit A. Nkinzo.
Le patron de l’Agence conseil du gouvernement en matière de climat des affaires et de promotion des investissements a conseillé aux investisseurs réunis au Cercle Elaïs d’investir en RDC car il y a plusieurs opportunités et ce dans divers domaines ( mines, agriculture, pêche, etc.).

L’autre atout de la RDC selon le patron de l’ANAPI, c’est l’abondance de sa main d’oeuvre et son coût bas.
Les services de l’ANAPI sont gratuits. Mais il a insisté que ce n’est pas l’argent qui fait passer un dossier mais la manière dont il a été ficelé.

Le N°1 de l’ANAPI a lancé un appel aux hommes d’affaires de la CCBCL à investir dans le secteur des PME.

Par ailleurs, il formule le voeu que l’amendement de l’article 16 de la loi agricole, qui accorde la majorité des parts aux nationaux en cas de coentreprise (JV), soit vite adopté pour booster le secteur agricole.

Après l’exposé, il s’en est suivi un échange riche entre les hommes d’affaires présents et le Directeur général de l’ANAPI.

Sur notamment, la question de savoir si l’ANAPI accompagne aussi les investisseurs en Justice, A. Nkinzo a répondu par la négative car cela rentre dans les attributions des avocats.

Israël Mutala

Source : 7sur7.cd

Laisser un commentaire