Divertissement : le jeu de société OrthogrAfrique s’invite sur le petit écran

0

Diffusée pour la première fois le 26 février sur B-One télévision, la nouvelle émission ludique et éducative animée par l’auteur du jeu, Olivier Kayomo, met en compétition deux équipes d’élèves pendant vingt-cinq minutes.

Préparatifs du tournage de la grande première d’OrthogrAfriqueProgrammée à une fréquence régulière de trois diffusions la semaine, mardi- mercredi à 18h30 et samedi à 15h30, OrthogrAfrique est une émission à laquelle devraient vite se familiariser les téléspectateurs habituels de B-One Tv. Elle découle du premier jeu de société moderne africain présenté aux Kinois, le 23 décembre 2017, en direct à partir de la chaîne nationale, la RTNC.

A présent, Olivier Kayomo s’est décidé à porter son jeu de société à la télévision à travers une émission éponyme de vingt-cinq minutes, un match qui met en compétition deux équipes de trois élèves des écoles des quatre districts de Kinshasa. Producteur de l’émission dont il est lui-même présentateur, il affirme : «  C’est connu, la jeunesse, les enfants, apprennent très vite et retiennent plus facilement en jouant. D’où le choix de créer une émission qui soit en même temps ludique et essentiellement éducative ».

Olivier Kayomo souligne qu’il a tenu à lancer l’émission à partir de Kinshasa, la capitale, autour de seize établissements scolaires, soit quatre écoles par district. L’on verra donc défiler sur le petit écran des élèves venus de la Tshangu, du Mont-Amba, de Lukunga et de Ngaliema. Les deux premières émissions diffusées mardi et mercredi soir ont été consacrées aux écoles de la Tshangu. Un choix que le géniteur d’OrthogrAfrique explique de la sorte : « Nous avons commencé par la Tshangu parce que c’est sans doute là que l’on rencontre le plus d’enfants issus de milieux défavorisés. Et, OrthogrAfrique a aussi pour mission de promouvoir l’égalité des chances. Nous estimons qu’il y a autant de jeunes intelligents à la Tshangu que dans d’autres districts. Et, comme lui est plutôt défavorisé, nous avons choisi de le privilégier, le mettre en lumière avant tous les autres ».

Une nouvelle aventure

De manière générale, a fait savoirr Olivier Kayomo, « les écoles de Tshangu tout comme celle des autres districts d’ailleurs ont accueilli OrthogrAfrique avec beaucoup, beaucoup d’enthousiasme et d’excitation. Les élèves, premiers concernés, ont beaucoup apprécié ». Et d’ajouter : « C’est naturellement une nouvelle aventure pour beaucoup de nos jeunes qui n’ont jamais entendu parler, n’ont jamais vu, jamais joué à des jeux de société classiques à l’instar du Monopoly ou le trivial pursuit. Quelques rares encore nous ont parlé du scrabble, mais la grande majorité, à la Tshangu c’est plus criant, a affirmé n’avoir jamais entendu parler des jeux de société ».Olivier Kayomo présentant OrthogrAfrique

Néanmoins, Olivier Kayomo a soutenu que son émission est « naturellement ouverte à toutes les écoles de la RDC. Elle vise essentiellement les élèves des humanités, de la 3e à la 6e, toutes sections confondues ». Il a indiqué que « le jeu OrthogrAfrique a également pour objectif de susciter le goût à la lecture, permettre surtout à une partie de la population, essentiellement la jeunesse, de connaître l’histoire du pays et sa  géographie. En tout cas, les grandes lignes de la culture générale commune ».

Le premier but de l’émission OrthogrAfrique, a affirmé son initiateur, c’est de toucher un large public. « Nous sommes dans une démarche de pédagogie de masse. C’est aussi la volonté de promouvoir le jeu de société car, depuis sa sortie, nous n’en avons pas encore fait la promotion telle que nous le souhaitions. Entre autres raisons, le gouvernement censé nous accompagner ne l’a pas fait à juste titre», a soutenu Olivier Kayomo

Une des équipes participant à l’émission OrthogrAfriqueLa production d’OrthogrAfrique n’est pas une mince affaire. « Pour cette première saison, avec ces seize écoles, nous naviguons entre 25 000 $ et 30 000 $ pour avoir une très bonne qualité d’émission », a signifié son producteur. Quoique certains partenaires lui prêtent main forte, ce n’est pas assez. « Nous continuons à démarcher les organisations internationales car les dons sont attendus de toute personne de bonne volonté, nous en avons besoin pour arriver à tout organiser », a-t-il  souligné, indiquant que cela permet d’assurer la collation des enfants, leurs vareuses, la location des bus pour les conduire à B-One. Et de renchérir : « Tout cela, sans compter les équipes techniques car la version émission télé exige énormément. Nous avons besoin du concours de tous ceux pour rendre OrthogrAfrique accessible à tous, en faire un jeu populaire mais pas élitiste et aussi le pérenniser ».

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Préparatifs du tournage de la grande première d’OrthogrAfrique

Photo 2 : Olivier Kayomo présentant OrthogrAfrique

Photo 3 : Une des équipes participant à l’émission OrthogrAfrique

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire