Diversification de l’économie : vers l’adoption du projet de loi régissant les Zones économiques spéciales

0

Porté par le président de la République, le projet de loi sur la création des Zones économiques spéciales(ZES) a été approuvé le 05 avril lors du conseil des ministres, et sera bientôt adopté au Parlement. Abordé par les Dépêches de Brazzaville, le ministre de tutelle, Alain Akouala Atipault a réagi à ce propos, en soulignant l’importance de sa mise en œuvre et de son adoption.

Diversification de l'économie : vers l’adoption du projet de loi régissant les Zones économiques spéciales« C’est depuis 2009 que le président de la République envisage la modernisation de la diversification de l’économie nationale. Il nous reste à être face aux parlementaires qui, j’en suis convaincu, comprendront le défi que nous visons à travers ce processus de création des Zones économiques spéciales. C’est la construction d’une économie sur laquelle nous aurons une certaine maîtrise », a indiqué le ministre chargé des Zones économiques Spéciales, Alain Akouala Atipault.

« Dès que ce texte sera adopté par le Parlement et promulgué, il sera un signal fort. Car nous avons des partenaires un peu partout comme en Chine, en Inde, à Singapour, en Malaisie, et l’Ile Maurice qui attendent que cette loi soit effective. Pour le président de la République, l’emploi des jeunes est une idée qui consiste à vouloir changer le modèle économique du pays. », a ajouté le ministre, et de souligner : « Nous avons des partenaires stratégiques, à l’image des accords qui avaient été signés en 2011, à Port Louis, portant sur la zone économique spéciale d’Oyo Ollombo, et celui qui a été également signé à Pékin sur la Zone spéciale de Pointe-Noire. Mais l’existence de ces partenaires techniques n’exclut pas plus tard la présence des Français, des Russes, des Américains ou d’autres, qui pourront venir investir dans le cadre de ces zones ».

Le conseil des ministres a également approuvé le texte qui prévoit la création de l’agence de planification, de promotion et de développement des ZES, élément complémentaire du précédent.

« Cet organe fera partie intégrante du système de gouvernance économique et juridique des Zones économiques spéciales mais, il y aura l’agence de planification et l’agence de régulation, qui seront chargées de régler les contentieux, de veiller à ce que les règles soient respectées au niveau des ZES. L’agence de planification…comme son nom l’indique a pour ambition de faire la planification, et la promotion de ces zones. C’est aussi cette agence qui validera les projets des investisseurs qui seront censés opérer au niveau des Zones économiques spéciales », a expliqué le ministre.

En effet, l’agence est placée sous la tutelle du ministère en charge des ZES, et a pour objet de planifier, de développer et de superviser la promotion desdites zones. Il sera également transmis au parlement pour adoption.

A travers ce projet, le ministre des ZES a dit comprendre l’engagement politique du président de la République « pour le Congo et sa génération, contrairement à la génération post-démocratique »

« A l’époque du parti unique, les jeunes avaient un seul idéal pour le pays. Ils étaient très jeunes, pas totalement parfaits mais constants. Mais lorsqu’on fait une comparaison avec la génération post-conférence nationale, j’ai douté que cette génération qui s’est engagée en politique ait vraiment un idéal national », s’est indigné le ministre.

Les Zones économiques spéciales, a-t-il insisté, « visent à diversifier l’économie nationale, afin de mieux aborder les enjeux de la mondialisation et l’après pétrole. C’est un élément nécessaire pour la création de nombreux emplois aux générations actuelles et à venir ».

 

 

Légendes et crédits photo : 

– Ministre chargé des zones économiques spéciales, Alain Akouala Atipault (crédit photo adiac)

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire