Distinction : Phyllis Ama Tebuah Osei lauréate du Prix 2018 de la femme policière des Nations unies

0

La Ghanéenne a été récompensée, le 21 novembre, pour l’impact direct et positif de son travail sur la communauté et la police du Jubaland, en Somalie.

 

 C’est au cours de la cérémonie co-organisée par la division police du Département des opérations de maintien de la paix des Nations unies, notamment la Mission permanente du Canada, que Phyllis Ama Tebuah Osei a reçu cette distinction pour son service au sein de la Mission des Nations unies en Somalie (Manusom). Selon le commissaire Luis Carrilho, également conseiller de police des Nations unies, l’heureuse promue est un officier dans la police ghanéenne.

« Phyllis Ama Tebuah Osei a été déployée en Somalie cette année en février 2018. En avril, elle avait déjà identifié et formé deux points focaux pour les questions de parité hommes-femmes au sein de la MANUSOM, qui avaient alors été conseillé des agents de police dans la police de l’État hôte, contribuant ainsi au renforcement des capacités indispensables », a précisé Luis Carrilho qui, reconnaissant le travail de la lauréate a souligné que Phyllis Ama Tebuah Osei a mis en place quatre bureaux sur les questions de genre dans la police de l’État hôte, animé une formation sur la violence sexuelle et lancé une proposition appelant à la création d’un poste de police à proximité de la communauté, afin de garantir l’accès des victimes aux survivants des violences sexuelles.

Par ailleurs, outre ces exploits, la policière a également permis d’appuyer la police dans le Jubaland en matière de justice et de droits de l’homme. Elle a réussi à mettre en place une formation en alphabétisation pour quarante-neuf  femmes officiers de police de cette localité. Une formation qui vise à améliorer leur alphabétisation et à augmenter leurs chances de promotion future. Sans oublier le fait d’avoir aussi formé un réseau de Casques bleus femmes au sein de la Manusom et de l’Amisom afin d’apporter un soutien aux femmes.

« C’est un honneur de travailler pour la Manusom, où j’ai aidé à renforcer les activités sur les questions liées à l’égalité des sexes et aux enfants », a déclaré la policière.

 « Elle est un exemple frappant de la manière dont les femmes contribuent directement à la paix en ayant un impact sur les communautés et les personnes que nous servons », a apprécié, António Guterres.

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire