Disparition : Anne Marie Kibongui inhumée à Loango

0

Décédée à 84 ans à Pointe-Noire, l’écrivaine, critique littéraire et promotrice des Éditions Cultures Croisées  a été ensevelie le 24 octobre,  au cimetière de Loango, en présence des proches et amis éplorés.

Après la levée de corps à la morgue de Pointe-Noire, un hommage a été rendu lors du recueillement à Anne Marie Kibongui par les artistes. Déclamation des textes de la défunte, témoignages, évocations, chants par le griot Ya Vhos, le tout sur fond musical des chansons de Maxime Kibongui, son mari  décédé il y a deux ans, ont été faits devant un podium mis pour la circonstance. La sanza de Ya Vhos a accompagné, pendant près d’une heure, cet hommage émouvant sobre, caractéristique de l’humilité que dégageait Anne Marie à son contact. Tour à tour, Handel Rostand Manfoumbi, écrivain en herbe; Ongali Lembili, conteur-chanteur; Lune Ongali, sa fille; Gabriel Boudzoukoutou et  Ya Vhos ont lu et égrené les souvenirs encore vivaces de près de quinze ans de collaboration franche.

En début d’après midi, la paroisse catholique Sainte-Face-de-Jésus de Loandjili a reçu la dépouille pour une messe de requiem au cours de laquelle l’amour du prochain, le partage et l’humilité ont été plusieurs fois répétés par le prêtre officiant. Des vertus longtemps défendues par le couple Kibongui dont la philanthropie et l’assistance aux démunis étaient un leitmotiv. Avec la mort d’Anne Marie Kibongui, ce n’est pas seulement une passionnée de la culture qui tire sa révérence mais c’est surtout une femme sociable et très ouverte qui nous quitte. Une amoureuse de l’Afrique qu’elle a tant aimée et parcourue depuis les années 1960 jusqu’au moment où elle a rendu son dernier souffle, le 13 octobre à Pointe-Noire. Que de souvenirs laissés au Tchad, en Guinée Bissau, au  Burkina Faso, au Mali, au Sénégal ….

Fille de pharmacienne, Anne Marie Legrand a grandi chez les bonnes sœurs en Bretagne. Enseignante et sociologue, elle a publié des réflexions et des ouvrages sur le développement rural en Afrique. Femme libertaire, l’esprit de la recherche de la liberté a toujours guidé ses pas. Courageuse, elle a dû faire face à plusieurs épreuves dans sa vie. Mais malgré son audace, elle ne put rien faire face à la maladie, la dernière épreuve de sa vie. Elle laisse une fille et des petits enfants.

Légendes et crédits photo : 

La dépouille d’Anne Marie Kibongui / Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire