Dicta Brazza 2018 : deux écoles déclarées gagnantes

0

La septième édition du jeu concours du rallye d’orthographe qui opposait quinze établissements scolaires privés et publics de Brazzaville, dont la première phase avait eu lieu en janvier dernier, s’est clôturée, le 14 mai, à l’Institut français du Congo par la remise des prix et diplômes de mérite aux lauréats.

Différents lots et diplômes de mérite ont été remis aux lauréats encore appelés « ambassadeurs ». Parmi eux, quatre ont été déclarés meilleurs élèves de l’édition 2018. Il s’agit de Théresa Singa Mazama  et Arméla Kodia, du lycée Notre-Dame-de-Rosaire, Ouattara Djé Aminata, du lycée de la Révolution et Prodiges Ngaka du groupe scolaire évangélique de Makélékelé. Les textes de dictée retenus cette année sont du lycée Saint-Exupéry troisième et du CEG Trois-glorieuses B.

Les établissements scolaires ayant concouru sont les lycées Saint-Exupéry, Chaminade, Savorgnan-de-Brazza A et B, Sébastien- Mafouta, Lumumba, Notre-Dame-de-Rosaire, Révolution, Nganga Lingolo, Ecole militaire préparatoire général Leclerc, CEG Anne- Marie-Javouhey, Groupe scolaire évangélique de Makélékelé, CEG Trois-glorieuses A et B.

La deuxième phase de ce jeu concours a débuté par la demi-finale qui a opposé les ambassadeurs de quatre établissements scolaires gagnants à la dictée collective lors de la première phase, il s’agit des lycées Saint-Exupéry, Chaminade, Ecole militaire préparatoire général Leclerc et Révolution. Ces élèves ont été soumis à l’étape d’épellation de mots. Les lycées de la Révolution et Saint-Exupéry ont été éliminés, laissant la place à l’Ecole militaire préparatoire général Leclerc et au lycée Chaminade en finale. 

Ces deux finalistes sont passés à l’étape d’épellation et à la culture générale. Le jury a eu du mal à les départager à plusieurs reprises, la seule réponse qui devrait les séparer, c’est celle donnée par le lycée Chaminade, malheureusement celle-ci n’a pas convaincu les membres du jury, d’où ils ont décidé de les déclarer ex-aequo.

 Khady Fall Diagne, enseignante expatriée de lettres au lycée Saint-Exupéry de Brazzaville, l’une des organisatrices de dicta Brazza, s’est dit satisfaite. « Pour arriver à ces résultats, il a fallu que les membres du jury trouvent de nouveaux mots dans le dictionnaire pour les départager. On avait prévu dix mots à épeler, puis cinq pour les séparer. Cependant, on n’arrivait pas à les départager, le jury est souverain, il a tranché », a-t-elle indiqué.

Et d’ajouter:« Cette année, nous avons innové en rajoutant les activités qui permettent de stimuler l’intérêt des élèves de les ouvrir et d’impulser leur curiosité. La première innovation, c’est la création d’une compétition d’ambassadeurs ainsi que l’épreuve collective qui nous a permis de classer les lauréats et leurs établissements respectifs. La grande innovation, c’est la finale du concours d’épellation, de culture générale et citoyenneté ».

Elle a, par ailleurs, souhaité que ce jeu soit pérenne avant d’interpeller les établissements qui hésitent encore. « Le dispositif de Dicta Brazza existe depuis 2011, malgré tout, nous avons encore des établissements scolaires de Brazzaville qui ne sont toujours pas participants, pourtant tous les ans, j’essaie de sensibiliser les établissements, je fais de porte à porte. Je souhaiterais vraiment que ce dispositif réunisse tous les établissements de Brazzaville, sans distinction. Je veux que ce jeu se fasse de façon pérenne, même à mon absence », a insisté Khady Fall Diagne

 Daniel Mpassi, chef de département de français du groupe scolaire évangélique de Makélékelé, a indiqué: « C’est pour la première fois que nous participons et avons obtenu un prix et un diplôme de mérite.  Le jury a fait son travail, sauf que cela aurait pu être encore mieux si les organisateurs avaient consulté la base, ils auraient peut-être posé aux élèves des questions qui tirent sur les œuvres au programme ».

Pour sa part, Jean Didier Malonga, enseignant de français au lycée Chaminade, s’est dit content et a émis son vœu: « Nous sommes satisfaits d’être premier ex aequo.  Cependant, je souhaiterais que le jury soit composé par des non enseignants ou des enseignants à la retraite, par ce que ceux-là n’auront pas de parti pris », at-il suggéré.

Légendes et crédits photo : 

Photo : La photo de famille
Photo : Les gagnants réceptionnant les prix des mains du proviseur du lycée Saint-Exupéry

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire